Attentes Eté 2020 : 5 nouveaux animes à voir

Yahallo ! On peut se permettre une telle salutation maintenant vu que notre attente est enfin récompensée. Et pourtant pas de quiproquos, nous sommes ici réunis pour évoquer exclusivement les nouveaux animes d’Eté. 

Cet article comprendra quelques redites avec Printemps à cause du post-poned ayant touché certains animes et s’écartera un peu du « 5 animes » initialement prévus. Ce sera donc 6 animes télévisés et 2 ONA.

Moja

Antony

1/ The God of High School

L’histoire est centrée sur Mori Jin un jeune homme de 17 ans spécialisé dans un art appelé le re:taekwondo et cherchant par-dessus tout à devenir le plus fort, Daewi Han un expert en karaté dont l’ami est hospitalisé et Mira Yu-Ssi une experte en sabre cherchant à enrichir sa famille.

Un jour, différents émissaires viennent à leur rencontre afin de leur proposer de participer à un tournois dans lequel le souhait du gagnant sera réalisé quel qu’il soit : The God of High School / the G.O.H.. Ces émissaires semblent également dotés d’une étrange force qui intrigue la plupart des participants. Les héros se rendront rapidement compte qu’il y a quelque chose d’étrange dans ce tournoi.

A l’image de Tower of God, je connais très peu cette oeuvre. Je pense que c’est évident mais la première chose qui m’attire dans cette adaptation de manhwa est cette impression de pure castagne. Les séquences de combat s’enchaînent dans cet extrait avec une telle aisance que c’en est presque indécent. Énormément de mouvements de caméra et pourtant l’action reste étonnamment lisible. Je déteste employer cette expression mais cet anime semble se destiner à être un festival de sakuga porn.

Quelle fraîcheur aussi dans ce chara-design, on reprend un bain d’originalité et on ne peut qu’apprécier. Pour terminer, je connais globalement peu le staff dessus, à l’exception de Seong-Hu Park, encore une fois lié au studio MAPPA. C’est avec la licence Garo que j’ai commencé à m’intéresser à son travail et à remarquer son talent. Cette fois-ci, il compte bien renfiler les gants non pas pour des combats de rue à l’abri des regards mais bien sur le ring avec tous les projecteurs qui seront braqués sur lui.

2/ Fugou Keiji : Balance:Unlimited

Lorsque qu’une personne du Département de la Police métropolitaine de Tokyo pose problème, elle est transférée dans le « Nouveau Quartier Général Anti-Criminalité ». C’est là qu’est envoyé Daisuke, le fils riche et exceptionnel de l’illustre famille Kanbe. Contre toute attente, il fera équipe avec le bienveillant Haru Katô. Daisuke, lui, considère que la vie a un prix, alors que Katô pense au contraire qu’elle est inestimable. Deux personnes que tout oppose, unies face aux nombreux mystères et incidents qui se dressent devant eux… C’est le début d’enquêtes défiant toute logique !

Rédigé au printemps

BL ou non, peu importe je regarderai cet anime quoi qu’il m’en coûte. C’est probablement le trailer de cette sélection qui m’a le plus conquis. Sur un ton jazzy et chaloupé composé par Yuugo Kanno, Cloverworks prouve une fois de plus que c’est un des studios montant de ces dernières années les plus talentueux (un de mes préférés). C’est propre avec une jolie direction artistique et cerise sur le gâteau le réalisateur des premières saisons de SAO, d’Erased, Seikimatsu Occult Gakuin et Hello word dirigera cet anime avec probablement une main de maître. Les animes de policier/enquête depuis quelques mois sont d’une qualité assurée, je suis donc confiant avec cet anime qui suivra cette ascension positive. Le casting a l’air d’être particulièrement intéressant, surtout avec un Daisuke Kanbe interprété par le danseur et acteur Ōnuki Yūsuke. Figure de proue, il est certain que sa notoriété attirera un bon nombre de ses fans sur l’anime.

Il s’agit de la nouveauté de la saison me donnant le plus envie. Une série policière au script écrit par Kishimoto Taku qui avait déjà su par le passé adapter la narration de roman de manière dynamique en animée, avec Joker Game. Aux rênes de l’anime se tient le studio Cloverworks qui s’affirme de plus en plus comme un studio prometteur depuis qu’il est devenu autonome de A-1 Pictures. Néanmoins, le charme central de l’anime me semble être le duo principal qui fut vendu par les images promotionnelles comme fusionnel. Ajouté à cela une bande-son par Kanno Yuugo (Psycho-Pass) qui ne manque pas dans ce petit extrait vidéo de rappeler celle de Lupin the third aux fans de la licence.

3/ Deca-Dence

Il y a des années, la soudaine apparition des Gadolls, une forme de vie inconnue, a bien failli conduire à l’extinction du genre humain. Pour se protéger de la menace, les survivants ont trouvé refuge dans la forteresse mobile Deca-Dence, haute de 3 000 mètres. Deux sortes d’habitants existent : les Gears, des guerriers luttant nuit et jour contre les Gadolls, et les Tankers, des humains sans capacité à combattre. Natsume est une jeune Tanker qui entretient le rêve de devenir une Gear. Un jour, elle rencontre Kaburagi, un réparateur froid et brusque. Tout semble opposer la jeune optimiste prête à tout pour réaliser son rêve et l’homme réaliste qui a renoncé au sien, mais leur rencontre changera le monde à jamais.

Mon amour pour les productions originales n’est plus à prouver comme bon nombre d’entre nous. Et c’est donc avec grande joie que j’accueille celle-ci qui semble la plus prometteuse de cette saison avec Appare-Ranman. Encore une fois, je me repose très peu sur le synopsis et préfère m’appuyer sur ce que je vois comme cet excellent trailer. Une direction artistique travaillée, un joli coloring, des chara-design qui me plaisent, de bonnes séquences d’animation et enfin un monde unique qui nous tend les bras. Nut est attitré comme studio principal de l’oeuvre, principalement connu pour Youjo Senki. De plus le talentueux réalisateur Yuzuru Tachikawa (Mob Psycho, Death Parade) prend le gouvernail de cette oeuvre. Et petite douceur pour terminer, Konomi Suzuki donnera de sa voix pour l’Opening de Deca-Dence. Que demander de plus ?

Il fut annoncé en juillet 2019 que le studio NUT, connu pour son travail sur Saga of Tanya the Evil, sortirait un nouvel anime réalisé par Tachikawa Yuzuru dont le plus récent travail est Mob Psycho 100 II. Ce serait un euphémisme de dire que par simplement cette annonce, l’anime a attiré une grande attention. Deca-Dence a su se présenter dès le début, et se présente toujours, comme un anime à suivre. Rien qu’à sa vidéo promotionnelle et au staff derrière, la série s’affirme déjà comme une production remarquable. Si le synopsis semble proposer une formule bien connue et visitée à de nombreuses reprises, nous pouvons cependant au moins nous attendre à une œuvre bien rythmée en termes de combat et d’aventure.

4/ Appare-Ranman!

La fin du 19e siècle marque le début d’une nouvelle ère prête à se dévoiler… À la suite d’un accident, Sorano Appare, un ingénieur brillant mais asocial et Isshiki Kosame, un samouraï balèze mais lâche, se retrouvent en Amérique après avoir dérivé depuis le Japon. Afin de rentrer chez eux, les deux compères sans le sou décident de participer à l’« American Transcontinental Race », dont le départ est à Los Angeles sur la côte ouest, et l’arrivée à New York. À bord d’une voiture à vapeur qu’ils ont construite, ils devront traverser des contrées sauvages, se battre contre des rivaux fous à lier, tout en se protégeant de l’environnement et des hors-la-loi… Les deux amis pourront-ils gagner cette course impitoyable et obtenir la récompense afin de rentrer au bercail ?

Rédigé au printemps

Etant des grands impatients et passionnés, nous avons déjà vu tous les deux les premiers épisodes diffusés par Wakanim, donc je vous renvoie vers mon article « Premières impressions » pour avoir le mien en détail. Au-delà de tout ce qui a été montré dans ces deux épisodes, j’attends de manière très classique une bonne fin pour cette production originale signée P.A. Works et surtout une transcontinental Race de folie. La course sera le cœur de l’anime et il serait difficilement pardonnable de n’être pas au rendez-vous dessus.

Les chara-designs les plus beaux et originaux de la saison pour moi. Ce PA Works apparaît comme un retour en force, après la purge que fut Fairy Gone l’an dernier. Au premier coup d’œil, on peut apercevoir des couleurs rappelant Irozuku et une base de chara-design rappelant quant à elle Sirius the Jaeger. Une amélioration sur ces deux points de la part du studio avec en plus une histoire d’aventure et de course s’annonçant rythmée et haute en couleur.

5/ Kanojo, Okarishimasu

Kazuya Kinoshita est un étudiant plutôt banal qui vient de se faire larguer par sa petite-amie, qui a décidé d’aller voir ailleurs. Effondré, se sentant plus bas que terre, il décide d’installer sur son téléphone la nouvelle application en vogue, Diamond, et de louer une nouvelle copine pour se sentir mieux. Il tombe sur une certaine Chizuru Mizuhara ; une jeune fille qui, à première vue, a tout pour lui plaire.

Il paraîtrait que quelques personnes n’ont pas aimé le manga et que les retours (?) ne soient pas bon. Balivernes ! Croyez seulement en ce que vous verrez et arrêtez de vous reposer sur les autres.

On sait pertinemment qu’un tel anime ne se terminera pas et répétera le même schéma que bon nombre de ses semblables. Et pourtant cette production est soignée et le scénario comporte une légère dose d’originalité. Je n’attends rien de surprenant ni d’extraordinaire de cette Rom-Com, mais je sais d’avance que je passerai un bon moment devant. 

Alors que du côté des suites, nous avons le retour d’Oregairu, les nouveaux animes ne sont pas en reste et proposent aussi une comédie romantique dont le postulat de base, bien que discutable est intrigant. Rent a Girlfriend est certainement la nouveauté pour laquelle j’ai les plus grandes attentes. À première vue, l’anime semble avoir tous les éléments pour convaincre les fans de comédies romantiques. Le character design auquel s’essaie pour la première fois l’animatrice Hirayama Kanna est net, léger et met en valeur l’expressivité des personnages. Koga Kazuomi, le réalisateur a quant à lui de nombreuses expériences en termes de direction d’épisodes pour des comédies. (Telles que Bokura wa Minna Kawai-sou, Wotaku ni Koi wa Muzukashii) Il est donc intéressant de voir ce qu’il nous réservera, maintenant qu’il est en tête de file.
Ainsi, Rent a Girlfriend a les atouts nécessaires pour être une réussite pour les amateurs de ce genre et dans cette saison bien morose, ce titre réussit aisément à se dégager.

6/ Monster Musume no Oishasan

L’histoire se déroule dans la ville de Lindworm, où les monstres et les humains coexistent. Dans cette ville, nous suivons le Dr. Glenn dirigeant une clinique médicale pour monstres accompagnée de son assistante lamia nommée Sapphee. Même s’il doit s’occuper d’un centaure blessé en combat ou bien suturer les plaies délicates d’un golem de chair, le Dr. Glenn accomplit son travail avec grâce et confiance.

Le light novel de cette œuvre est dans mon radar depuis plutôt longtemps. Si d’un point de vue artistique, je doute que l’anime réussisse à briller à se démarquer, bien que la vidéo promotionnelle nous laisse espérer voir quelque chose de propre, nous avons en tant que réalisateur Iwasaki Yoshiaki (We never learn!, Love Hina, Zero no Tsukaima) qui saura donc nous proposer une comédie agrémentée d’ecchi plus que correcte. Monster Girl Doctor mêle fantasy, médical et comédie romantique tout en ayant une forte dose d’érotisme. Ce mélange abrupt a le mérite d’intriguer et pourrait être un divertissement de qualité. J’ai espoir que l’anime arrivera à surprendre et se distinguera au cours de cet été.

ONA 1 : Great Pretender

Il s’agit d’une nouvelle série animée originale du réalisateur Kaburaki Hiro.

Masato Edamura est censé être le plus grand escroc du Japon. Avec l’aide de Kudo, son partenaire, ils ont essayé d’escroquer un français à Asakusa. Cependant, leur petit tour s’est retourné contre eux et ils vont désormais être obligés de travailler pour lui. Cette fameuse personne qu’ils ont essayé d’escroquer s’avère être Laurent Thierry, un «homme de confiance» contrôlant la Mafia japonaise. Edamura est loin de s’imaginer ce qui l’attend après s’être engagé dans les sales affaires du français !

Je ne sais rien sur cette oeuvre ! Ni son synopsis que je n’ai pas lu ni l’extrait vidéo que je n’ai pas regardé en entier.

En quelques mots, c’est un coup de foudre visuel. Il m’aura suffit seulement de quelques secondes pour m’écrier « Ah oui, cet anime, je veux le voir ». Je m’excuse pour ce manque de développement et profondeur mais j’essaye d’éviter un maximum de me gâcher l’expérience sur cet anime. Antony proposera d’excellentes reviews sur l’anime, donc n’hésitez pas à aller les lire.

Il s’agit d’un des animes que j’attendais le plus de la saison. Du fait de sa sortie bien rapide par Netflix Japan, je l’ai déjà entamé et je peux donc confirmer que l’attente en valait largement la chandelle. Je vous invite à lire mon avis sur ce dernier dans mes articles donnant mes premières impressions et passant en revue les diverses parties de la série.

ONA 2 : Japan Sinks

Une famille ordinaire est mise à rude épreuve quand de terribles tremblements de terre secouent l’archipel japonais. Le réalisateur Masaaki Yuasa (Devilman Crybaby) présente la première adaptation en série d’animation du roman SF à succès « La Submersion du Japon » de Sakyo Komatsu.

Mené par Yuasa et son équipe, cet anime composé de 10 épisodes promet d’être prenant. En plus d’être dramatique et apocalyptique, il y a un petit aspect Thriller qui resurgit de ce trailer. Peu d’animes arrivent à conserver un haut degré de suspens tout du long et je suis intrigué de voir si cet anime y arrivera. Dernier détail qui attire le regard, la bande-son sera composée par Kensuke Ushio, personnalité ayant travaillée sur de grandes oeuvres comme Devilman Crybaby, Liz, Koe no Katachi etc. En général, les oeuvres de Science SARU ne sont pas mauvaises, il n’y a donc pas de raison pour que Japan Sinks déroge à la règle.

Parmi tous les animes d’été, Japan Sinks est à mes yeux la valeur la plus sûre. Dernière production de Masaaki Yuasa (Keep your hands off Eizouken!, Devilman Crybaby, Ping Pong) au sein du studio SARU, l’anime a le thème inusuel des séismes. Jusqu’à présent, Tokyo Magnitude 8.0 s’en accaparait le monopole, mais il semble qu’il aura enfin à présent une concurrence notable.
Le graphique épuré de Yuasa est toujours au rendez-vous et nous y retrouverons certainement une expressivité des personnages fortement distinguée comme à son habitude. Bien que les Jeux Olympiques ne sont plus d’actualité en 2020, ce drame plongeant le Japon dans la terreur durant cette période qui aurait dû être festivalière ne manquera certainement pas de nous faire frissonner et offrir du contenu riche en émotions.

Mot de la fin

Assez peu de nouveaux animes. On sent que cette nouvelle saison va miser, outre sur le ecchi à outrance, sur les suites telles que Re:Zero, Yahari, SAO, Fire Force etc.

Voilà c’est tout pour aujourd’hui. Dans les jours qui arrivent, l’équipe sortira des reviews sur plusieurs animes et des articles premières impressions sur toutes ces nouvelles productions avec en plus le retour du E & E hebdomadaire. Un joli programme estival en perspective sur le site. Bonne journée à tous. 

Partager sur :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments