Avis – Ahiru no Sora

Après plus de quatre ans sans série télévisée consacrée au basket, la série culte et toujours en cours Ahiru no Sora (Dream Team) reprend le flambeau de Kuroko no Basket et entend bien nous alimenter en sensations sportives pendant plus d’un an. L’anime est arrivé quasiment à mi-chemin, le temps dès lors de dresser un bilan.

Complexé par sa petite taille, Sora est passionné de basket. Lorsqu’il entre en seconde, il décide d’intégrer l’équipe du lycée, mais découvre vite que le club est le repaire des pires voyous de l’école et qu’ils n’ont aucune intention de s’entraîner. Porté par son enthousiasme sans limite pour le basket, Sora entend bien faire de ce club, une réelle équipe de basket.

Après plus de 20 épisodes, on peut affirmer que Ahiru no Sora ravive notre intérêt pour le basket en sommeil depuis trop longtemps. Le speach est relativement classique avec cette volonté d’atteindre les sommets ou tout du moins ici l’inter lycées. Sora représente ce personnage qui va impulser une ascension et attirer autour de lui d’autres joueurs grâce à son entrain, sa détermination et sa passion du basket. L’anime alterne entre moments sportifs et tranche de vie avec précision et complémentarité aboutissant à un rythme prenant. L’histoire de viser les sommets, en raison qu’elle soit bien construite et amenée au travers de ses personnages, est attirante.

Le casting est en effet un des points forts de l’anime. Au-delà de leur design qu’on apprécie beaucoup passé un temps d’adaptation, leur personnalité est percutante et chaque membre de l’équipe fait l’objet de développement. Tous ont une implication dans l’histoire, que cela soit dans le match, sur le banc ou en soutien.

La petite touche de drama avec la plupart des personnages fonctionne à merveille et le public éprouve encore plus d’affection et de compassion pour ces jeunes joueurs. Impossible de ne pas aborder la mère de Sora, qui apporte à l’image du cast énormément d’humanité à cet anime. Plusieurs scènes sont émouvantes et notre affection pour elle s’ancre progressivement au cours de l’anime tandis que son état ne cesse d’empirer.  Malgré cela, l’anime se veut remontant avec un regard porté devant soi. Pas mal de comique contribue ainsi à créer une ambiance très appréciable qui prête au sourire. L’équipe est composée de plusieurs guignols extravagants bon vivants qui n’en loupent pas une mais arrive à redevenir sérieux le moment venu.

Le chemin sera long car Ahiru no Sora prend le parti de suivre au début une équipe avec des novices et joueurs ayant des lacunes. L’idée derrière est d’expliquer naturellement l’intégralité des bases du basket et de rentrer subtilement dans des expressions et tactiques propres à la discipline. Tout se fait graduellement durant les entrainements ou bien pendant les matchs. Cela donne une réelle profondeur et technicité aux matchs qui se veulent réalistes. Partir d’en bas, permet d’arriver en haut afin de construire et de raconter cette histoire où les personnages gagnent en maturité, connaissances et compétences. Dès lors, impossible de ressentir une quelconque stagnation.

Toutefois, l’anime peut sembler un peu artificiel et poussé par moment. L’exemple de Momoharu est parlant : celui-ci n’arrive pas à tirer correctement. Pour autant, le fait de pouvoir dunker ou se rapprocher pour accompagner le ballon dans le panier est passé sous silence . Cela choque un peu que cette situation ne soit pas envisagée ni abordée, uniquement pour garder peut-être des cartes en main pour la suite.

Les matchs peuvent s’étaler sur plusieurs épisodes et durer bien plus longtemps qu’une heure. De nombreux ajouts diversifient l’expérience mais les rallongent aussi. On apprécie ainsi les différents schémas tactiques et commentaires techniques ponctuant le match. Décrire des événements en parallèle de l’affrontement sportif marche bien. Les matchs servent également en général d’introspection et cette dernière donne une autre portée à la compétition. Les enjeux sont plus importants.

Pour en venir aux faiblesses, arrivé à un certain point, on ressent sur les longs matchs une langueur en raison de l’animation qui n’arrive pas à maintenir le public accroché tout au long. Le studio Diomedea est en charge de l’adaptation et s’essaye au genre sportif qu’on ne lui associait pas. Les matchs restent divertissants et relativement palpitants, mais ils auraient nettement gagné en intensité avec des scènes plus travaillées.

Effectivement, le point faible de Ahiru no Sora est son animation qui peine à convaincre surtout durant les longs matchs. Adopter un format long de 50 épisodes est une bonne chose pour un shonen fleuve mais à l’inverse cela impacte à terme sur la production. Enchaînement de plans fixes, manque de mouvement des personnages et d’animation au sens propre font défaut à l’anime sur plusieurs épisodes. La réalisation avec de telles contraintes s’en sort, à mon sens, honorablement bien pour maintenir une certaine dynamique et lecture intéressante du match, notamment avec les mouvements de cadre et de caméra.

Malgré le fait que l’anime ne soit pas encore terminé et puisse connaitre un regain inattendu (ce qu’on espère), il vaut mieux être réservé sur ce point et envisager potentiellement une légère baisse continue de qualité de la production surtout avec les problèmes impactant la société internationale.

Conclusion : Un envol réussi pour la Dream Team

Note :
7.5/10
0
Imaginer une adaptation du manga de Takeshi Hinata était presque inespérée et l’avoir pour de vrai procure un sentiment d’euphorie. L’histoire est ordinaire mais captive d’entrée grâce à son casting de qualité. Les phases de tranche de vie et les matchs sont globalement bien rythmés et intéressants. Toutefois, l’animation peine à propulser Ahiru no Sora encore plus haut dans le ciel, notamment sur les longs matchs. La moitié du chemin est parcourue, de quoi suivre avec plaisir ces jeunes adolescents pendant encore plusieurs mois et s’éprendre toujours plus de cet anime.

L’anime est disponible sur la plateforme de simulcast Crunchyroll

Partager sur :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments