Avis – Golden Kamuy S3

Contre toute attente, l’immortel Golden Kamuy continue de recevoir des suites tandis que d’autres animes n’arrivent même pas à passer le cap de la première saison. Personne ne se plaindra de cela et chacune des annonces sera toujours accueillie chaleureusement d’une voix commune par sa communauté.

Sur les traces d’Ashirpa, Sugimoto et les autres arrivent à Sakhaline. Ils interrogeront les gens du coin, particulièrement les Aïnous, pour trouver une piste

Après twists et cliffhanger de fin de saison 2, Golden Kamuy était attendu au tournant. Cette troisième saison se scinde entre d’un côté une traque acharnée pour retrouver Asirpa et de l’autre une aventure en terres paternelles afin de découvrir la clé de cette ruée à l’or. Ceci est la théorie mais dans la pratique, cette saison se veut beaucoup plus homogène. A l’exception de l’épisode 32 centré sur l’exécuteur cassant légèrement la continuité instaurée tout au long, cette saison 3 reste parfaitement lisible et continue. Le changement de groupes entre épisode ou bien au sein même d’un épisode passe étonnamment bien et ne dérange jamais.

Quel que soit le groupe suivi, l’aventure humaine locale est toujours élevée au centre avec en plus un développement inestimable de nombres personnages et histoires. Dans cette troisième saison, Golden Kamuy délaisse en partie les coutumes et la vie locale de Hokkaidō pour se concentrer sur la nouvelle région de Sakhaline (signifiant dragon noir). Si de nos jours, elle fait partie intégrante de la Russie, à l’époque de Golden Kamuy, cette grande île située au nord de Hokkaidō était divisée entre la partie nord russe et sud japonaise. En ce temps, les tensions entre les deux nations sont vives mais cela n’empêche pas nos deux individus de profiter pleinement de la vie locale. Traditions, rites, confections de plats et d’outils, faunes et flore unique, histoire sur cette région (…) Golden Kamuy maitrise toujours autant l’art d’éduquer le public à la vie locale. La proximité entre le peuple et nos aventuriers se transmet à nous avec simplicité, partage et humilité, de la même manière que l’exceptionnelle émission Rendez-vous en Terre Inconnue.

Golden Kamuy Gansoku

En parallèle, Golden Kamuy évoque la dualité entre le modèle destructeur de la société moderne et les tribus locales qui vivent naturellement, forcées de se soumettre à l’évolution. C'est si riche tout en étant si humain et tragique.

Cependant Golden Kamuy n’excelle pas uniquement dans ce domaine. Son auteur manie la plume avec une précision et un style rare.

A mon sens Satoru Noda, l’auteur de Golden Kamuy maîtrise trois registres : le comique, le réaliste et pathétique. En principe, ces termes sont propres à la littérature mais ici je les emploierai pour qu’on comprenne tous directement les qualités de cette œuvre. Plus que comprendre l’essence de chacune, Satoru Noda et le réalisateur Nanb Itoshi arrivent à les lier et les intervertir avec brillance. Il est particulièrement compliqué de changer le ton d’une séquence pour passer sans transition par exemple de l’humour au pathétique. Certaines œuvres s’y essaient mais se casse la figure, exemple Fire Force. D’autres à l’inverse font mouche à chaque fois. Repensez par exemple à la fin de l’avant dernier épisode de cette saison.

L’humour de Golden Kamuy tire sa force de son aspect décomplexé. Même les personnages les plus coincés ou sérieux participent au moment, personne n’est oubliée. En chacun de nous réside une âme d’enfant. L’œuvre dans son comique va même encore plus loin. Le terme scatologique serait trop barbare pour décrire cela, je préfère parler de séquences pipi-caca toujours très drôles. Quelle que soit la personnalité de chacun, l’ensemble du casting de Golden Kamuy a cette flamme en lui et un aspect bon vivant qui plait énormément.

Outre l’aspect découverte et comique de l’œuvre, Golden Kamuy est sublimé grâce à ses histoires. Cette saison Ogata, Hajime, Tsurumi, Kiroranke et Wilk sont les principaux personnages à bénéficier d’approfondissements. L’ensemble de leur flashbacks m’a énormément touché et ému. Ces séquences nous transperce d’émotions fortes et tristes. A mon sens, ce sont même les meilleurs moments de l’anime. C’est notamment grâce à ces histoires que le casting de l’anime revêt une autre profondeur. D’appréhension complexe, cette myriade de personnages est un réel point fort de l’anime : un nouveau personnage peut apparaitre, un autre mourir et disparaitre en quelques secondes, un autre trahir ses alliés etc. Tout cela donne un côté imprévisible à l’anime et au final on se laisse agréablement guider par les événements qui aboutissent en général à des affrontements plutôt prenants. Cette diversité de personnages changeant à chaque saison est une force considérable. Pas besoin de nous tartiner avec des développements traditionnels, l’anime exploite de manière simple et naturelle chacun d’eux grâce à leur attitude, leur motivation puis enfin leur passé. Plus que des individus foncièrement bon ou mauvais, ce sont des êtres humains qui ont des histoires différentes. Elles ont fait d’eux ce qu’ils sont aujourd’hui.

Concernant le travail technique, je ressortirai mon avis de la saison 1 retrouvé pour l’occasion afin de rebondir sur celui-ci : « Pour en venir aux graphismes, j’aurai plusieurs reproches à faire. (…) Je m’attendais à pire, pour autant je reste toujours aussi sceptique quant aux futurs projets de ce studio. Il y a clairement un manque de détails, des traits quelques peu abrupts, des visuels qui ne font pas rêver (oui on sait aussi qu’il y a gros nounours en CG) etc. » Depuis avril 2018, l’équipe sur ce projet et le studio Geno ont gagné en expérience et assurance. Ils maitrisent également mieux leur support. Et le travail, sans être flagrant s’améliore à mon sens de saison en saison. Quelques séquences animées uniques en plus, des traits un peu plus soignés, une réalisation pour certaines occasions surprenantes, Golden Kamuy se bonifie progressivement. J’adore suivre les affrontements dans cet anime. Il reste encore à fournir un effort pour m’épater visuellement mais cette montée en puissance me réjouit grandement.

Petite mention de fin pour saluer l’ending somptueux.

Golden Kamuy S3 Tsurumi

Conclusion : Une traque et quête sur ses origines en terres du dragon noir, toujours des plus humaines.

Note :
9/10
0

Golden Kamuy est mon anime préféré d’Automne 2020 et toujours autant peu vu. Même si les concurrents du même acabit ne sont pas nombreux, cette aventure au travers de ces grandes plaines et forêts enneigées, dessinent le contour de l’âme humaine et ne cessent de me transir d’émotions. Que cela soit avec le manga ou bien son adaptation animée, Golden Kamuy mérite d’être vu et considéré comme un immanquable.

L’anime est disponible sur la plateforme de simulcast Crunchyroll

Partager sur :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments