Avis – Darwin’s Game

Difficile de se remémorer la dernière fois où un bon Survival Game avait dominé une saison. Aucun ne vient instinctivement, faute d’avoir marqué suffisamment en bien leur saison et entrainé un relatif consensus dans la communauté. Est-ce que le thème est maudit ? Je ne pense pas. A mes yeux, le Survival Game a un fort potentiel psychologique, dramatique et stimulant. Parfois, c’est l’adaptation qui rate le coche, pour d’autres c’est l’œuvre en elle-même qui ne convainc pas. Dans ce champ de bataille où on compte plus le nombre de blessés et d’infirmes que de vainqueurs, Darwin’s Game compte bien ressortir vivant et redonner un élan dans cette thématique.

Sudô Kaname mène une vie paisible de lycéen ordinaire, jusqu’au jour où il reçoit une invitation pour un mystérieux jeu portable appelé « Darwin’s Game ». En ouvrant l’application, il se retrouve automatiquement inscrit à une compétition mortelle où les joueurs s’affrontent à l’aide de pouvoirs surnaturels appelés « Sigils ». Brutalement précipité dans un jeu dont il ignore toutes les règles, Kaname va devoir échapper aux redoutables joueurs expérimentés qui viendront s’en prendre à lui. Parviendra-t-il à survivre au Darwin’s Game ?

Comme la plupart des animes du genre, Darwin’s Game plonge brutalement le public dans l’action. Il pousse peut-être la chose encore plus loin, en ayant un premier épisode de 45 minutes effréné avec beaucoup d’action et de rares temps calmes. L’histoire déleste pas mal d’éléments contextuels afin de toujours garder une certaine dynamique et approche du genre. Aussi bien Kaname avec le premier épisode que le reste du casting ont des développements principalement dans le vif du combat ou bien jamais trop longs. En optant ainsi, chaque personnage a un minimum de background et l’action conserve toujours la place dominante.

Quasiment tous les Survival Games adoptent cette marque de fabrique et c’est peut-être ce qui dérange parfois. Les histoires de chacun restent génériques. Tous manquent de profondeur et subtilité. Le personnage principal est l’exemple même de cela, rappelant toujours le même adolescent projeté sur le devant de la scène. Les Eight sont une hérésie qu’on retrouve à chaque fois dans ce genre d’anime, manichéen et totalement fou à lier. Le développement de certains personnages procure même parfois le sentiment inverse que cela devrait faire. Le casting reste correct mais peine de fait à se démarquer des autres œuvres et à pleinement emballer.

Darwin's Game Shuka Karino fight

A l’image des personnages, l’histoire est probablement à quelques reprises trop précipitée. Il aurait été préférable d’intégrer quelques temps plus posés ou de rallonger ceux déjà présents. Et à l’inverse d’accentuer légèrement plus les temps forts pour donner davantage de peps à l’œuvre.

Pour aborder un peu plus le fond, le concept du Darwin’s Game est intéressant. Les singularités de chaque personnage sont intrigantes et diversifient cette mêlée générale. Les règles du jeu sont bien pensées. Les événements, en tout cas ce qu’on a pu entrevoir en onze épisodes, captent pleinement l’attention. L’œuvre fonde son propos sur le collectif et ceci marche bien. Cela amène à des interactions entre clans (conflits, alliances, nouvel allié etc.). L’anime diversifie l’expérience, tel un jeu, par des défenses de zone, infiltration, sauvetage d’un allié, course poursuite (…) et aucun moment ne semble au final identique au précédent. On ne relève aucun ennui et une gestion de la tension maitrisée. Aussi bien les plans d’attaques, moments de réflexion ou les nombreux affrontements sont agréables à regarder.

Darwin's Game Ravens

Une des fautes de Darwin’s Game est d’être à plusieurs reprises censuré. C’est dommage pour un tel anime où le public a pour attente de voir du sang et/ou du gore. C’est comme amputer l’anime d’un de ses meilleurs atouts.

Autre souci avec cet anime, déjà évoqué dans l’article premières impressions, l’œuvre connait parfaitement son public et dérive parfois vers une série trash pour adolescents masculins en manque de sensations. Fortement perceptible au début de l’anime, l’arrivée « du n°1 » pérennise le fait que cette œuvre compte véritablement satisfaire son public par plusieurs fantasmes.

Pour en revenir sur la réalisation qui s’était démarquée en mal sur le premier épisode par un nombre hallucinants d’effets inutiles, mal maîtrisés ou trop ambitieux, les épisodes qui suivent sont mieux réussis et moins extravagants. L’anime conserve toujours une animation relativement bonne. Pas mal de chorégraphies notamment avec le personnage de Shuka agrémentent le show. Le dessin des visages manque parfois à mon sens de régularité dans le soin apporté mais sinon le tout reste bon.

Conclusion : Un survival game distrayant toujours en lice

Note :
7/10
0
Reprenant la plupart des standards du genre, Darwin’s Game réussit à emballer grâce à son concept propre réfléchi et intéressant. L’œuvre conserve toujours une part de mystère et suspens. Comparé aux autres animes du genre, il ne fait pas de faux pas trop pénalisants et conserve une relative maîtrise d’ensemble. Malgré les remarques faites précédemment, l’adaptation reste plaisante du début à la fin justifiant une appréciation finale positive. Grâce à cet anime, le Survival Game connait un léger regain bienvenu mais encore trop discret pour émettre un écho suffisamment puissant et étendu.

L’anime est disponible sur la plateforme de simulcast Wakanim

Partager sur :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments