Avis – Dr. Stone

Solide comme un roc et éclatante tel un running bac, une nouvelle pierre du Shonen Jump est adaptée en anime. Fruit d’une alchimie singulière entre le scénariste d’Eyeshield 21 et le dessinateur de Sun-ken Rock, cette gemme taillée est confiée au polisseur polyvalent vétéran TMS production avec pour ambition évidente d’en faire une nouvelle référence en matière de shonen anime.

Etape 1 : Sélection d’une matière première de qualité

Il est souvent difficile de juger au premier abord l’acabit d’une œuvre. Néanmoins, Dr Stone sort de l’ordinaire et attire tout de suite l’attention par son scénario intrigant et fédérateur.

Dr Stone Taiju Senku

Une seule fraction de seconde. C’est ce qu’il a fallu à l’humanité pour disparaitre et être transformée en pierre. Des milliers d’années plus tard, un jeune lycéen nommé Taiju se réveille dans un monde inconnu où la nature a repris le dessus. Retrouvant son ami Senku, les deux survivants décident de rebâtir la civilisation à partir de zéro.

Senku et Taiju vont très vite libérer Tsukasa de son état de pierre. Or des dissensions émergent : Tsukasa, l’homme le plus fort de l’humanité, prône un monde où seuls les jeunes immaculés ont leur place alors que Senku et Taiju souhaitent sauver tout le monde sans distinction.

Une pincée de science-fiction accompagnée d’aventure et saupoudrée d’action, le mélange détonnant a de quoi être emballant.

Etape 2 : Tracer la taille du Royaume de la science

Si ce résumé met l’accent sur un affrontement imminent futur entre deux camps, l’histoire va prendre de nombreux détours et se focaliser en grande majorité sur Senku et son entourage. Réfléchir, concevoir, récolter et construire sont les maîtres mots de cette saison au point parfois de s’éloigner de l’objectif principal et de l’intrigue. Les nombreuses étapes dans la construction de divers objets accompagnés d’un flash-back de deux épisodes ne facilitent en rien la chose. Le développement de la majorité des personnages reste simple et peu approfondi, ce qui n’empêche pas pour autant de s’attacher très vite à chacun. A l’inverse, le personnage de Senku est charismatique et développé ingénieusement. Il porte l’anime sans pour autant faire de l’ombre aux autres personnages.
Toutefois si l’œuvre perd parfois en aplomb, le royaume de la science en ressort plus solide. Dr Stone est rempli d’informations culturelles, de réactions chimiques, de méthodes scientifiques. En plus d’être nombreux, chaque élément est abordé de manière détaillée. Autant le reconnaître, il est délicat de dissocier le vrai du faux. Déterminer si chaque objet ou expérience relève de la démesure et en quelle proportion nécessiterait des jours de recherche. Malgré cela, on peut tout de même faire plusieurs constats. Tout d’abord, le travail de recherche et de réflexion mené par Riichiro Inagaki est sans commune mesure. Il force le respect. Conséquence de cela, le public est ébahi devant autant de connaissances. On se laisse facilement porter au grès des créations sans être perdu. Divers schémas, explications et time lapse sont disséminés un peu partout dans l’anime pour mieux suivre le fil. Comparé au manga, le format anime est plus lisible sur cet aspect.

Etape 3 : Tailler la pierre en Shonenïte

Stone World Senku

Tous ces éléments posent les bases à la création d’un shonen hit (pardonnez pour le jeu de mots), il ne reste plus qu’à intégrer les composantes essentielles, de l’originalité et un peu de talent. L’humour marque tant il est présent et drôle. L’intégrer naturellement dans n’importe quelle situation est plus compliqué qu’il n’y parait.

Dr Stone abuse de l’humour dans toutes ses formes, particulièrement le comique de geste. Chaque personnage de Dr. Stone a de nombreuses expressions. Les grimaces et mimiques des personnages marchent étonnamment bien. Leurs visages sont déformés et n’ont plus rien d’esthétique. Leurs comportements sont souvent ridicules et caricaturaux. Ce comique fonctionne encore mieux lorsqu’il est en relation avec une scène au registre totalement différent.

Si le binôme Inagaki-Boichi arrive à tourner les personnages de manière absurde, à l’inverse l’emploi de plans précis, poses spécifiques et répliques ciselées contribuent à créer des personnages agissant avec prestance et distinction. Aucun ne sera délaissé.

Enfin, les séquences poignantes, bien que plus rares, ne sont pas pour autant absentes. Sans faire dans l’excès en créant un drama inutile, Dr Stone comporte quelques séquences solennelles touchantes.

Dr Stone Yuzuriha Ogawa

Etape 4 : Polir la pierre pour la rendre éclatante

C’est la première fois que la communauté découvre les dessins de Boichi à l’écran. Si l’univers est très détaillé et comprend de nombreux paysages soignés, ce qui interpelle le plus au premier visionnage est le chara-design. Boichi a un trait prononcé unique. Même s’ils sont réussis, il se peut que ses design dérangent certains au moins au début.

L’intensité des scènes d’action du manga est plutôt bien retranscrite, et la réalisation reste assez classique. Le travail d’adaptation du studio TMS production se veut fidèle à l’œuvre d’origine.

L’identité graphique très colorée est accompagnée d’une excellente bande-son. Entre tons épiques, airs exotiques et boisés, présence de chœurs, solos d’instruments divers, nuances irlandaises et celtiques (…), les OST sont uniques. Loin d’être un spécialiste et pouvoir définir avec justesse la bande-son, je peux pour autant affirmer que c’est une des meilleures compositions de l’année.

Résultat : Un joyau revivifiant de science-fiction et de survie

Note :
8.5/10
0
Dr. Stone n’est pas le produit de la fantaisie, mais bien de la science. Une recette minutieusement suivie avec de nombreux traits singuliers attrayants font de cet anime une gemme affûtée aux couleurs éclatantes.
Moja
Administrateur

Anime disponible sur la plateforme de simulcast Crunchyroll

Partager sur :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments