Avis – ID:Invaded

Dès le début de cette nouvelle décennie, Ei Aoki compte bien marquer les esprits avec une nouvelle production originale. Après Aldnoah.Zero et Re:Creators, il continue de contribuer à la création d’œuvres étranges et uniques en leur genre. Ei Aoki se plait dans ce qu’il fait et donne cette impression de toujours vouloir aller plus loin et explorer des endroits où encore personne n’est jamais allé. ID Invaded s’inscrit dans cette optique et propose un thriller de science-fiction inhabituel.

Auparavant, Sakaido était un détective privé de grande renommée. Cependant, pour diverses raisons, il se retrouve en prison. Depuis ce jour, il aide la police à retrouver des personnes ayant commis des crimes odieux à l’aide d’un système lui permettant d’infiltrer l’inconscient d’un criminel généré à partir de leur envie de tuer. Dans l’ombre de brutales et énigmatiques affaires rôde John Walker, un tueur en série particulièrement dangereux. Où sa traque emmènera-t-elle les enquêteurs ?

Le prologue de ID:Invaded peut être complexe à première vue. L’anime possède ses nouvelles technologies, mots et concepts. Il faut donc un petit temps d’acclimatation pour saisir toutes les subtilités. ID:Invaded construit son histoire autour d’une succession d’enquêtes qui vont progressivement amener les inspecteurs à en découvrir plus sur le passé de Sakaido et sur l’identité de John Walker qui semble lier pratiquement à chaque affaire.

Ce sont les enquêtes qui développent cet univers. Mais cet approfondissement reste limité aux personnes impliquées dans les affaires et des personnages importants comme Sakaido. Il ne faut donc pas ainsi reprocher à cet anime de ne pas développer suffisamment la plupart des inspecteurs de l’organisation. Ce n’est pas le propos. L’anime est un policier, c’est avant tout le mystère et l’histoire racontée qui est importante plus que les personnages en eux-mêmes. Dans cet esprit, l’anime réussit avec brio à nous immerger sobrement dans cette affaire, au début avec quelques enquêtes criminelles n’ayant a priori aucun lien, puis à nous plonger profondément dans une affaire de plus en plus épaisse et complexe.

La décomposition de l’anime est réfléchie pour laisser place au suspens. L’anime est bien rythmé avec des phases très haletantes et d’autres en général plus posées. Les surprises et rebondissements sont nombreux. On s’intéresse à l’anime et le public n’a qu’une hâte c’est de connaitre la suite et surtout la fin.

Accompagnant ce genre policier, la science-fiction vient s’ajouter pour créer une œuvre unique. La thèse du puits (inconscient) est captivante car chaque monde est différent selon le criminel. On apprécie la manière dont il faut comprendre et interpréter les mondes, pour saisir la mentalité du criminel et trouver des indices. C’est un des points les plus emballant de l’anime. La manière de créer et de résoudre les enquêtes est revisitée. ID:Invaded part clairement dans un délire, mais c’est une proposition avec des barrières qui ne s’éparpille pas et reste cohérente.

En tout cas au moins jusqu’au trois quarts. Arrivé à ce stade, l’anime devient beaucoup plus complexe et subtil. La science-fiction et le surnaturel s’entremêlent. Si la lecture globale reste toujours très compréhensible, il arrivera que pendant une ou deux discussions il faille s’accrocher voire la réécouter pour saisir tout le sens. Si cette dose de surnaturelle et la méditation toujours plus profonde autour du Mizuhanome (le puits) peut indisposer, ID:Invaded dans sa dernière partie devient également plus captivant. C’est encore plus intense avec du suspens, plusieurs twists et révélations. L’anime propose même une jolie séquence de plusieurs minutes particulièrement émouvante.

ID Invaded Matsuoka Hondomachi

Le casting est très bon et divertissant. Le personnage principal a beaucoup de charisme et reste mystérieux tout comme la fille à chaque fois morte à ses côtés (Kaeru). Suivre ses pensées et ses analyses marchent vraiment bien. Sakaido est entouré de profileurs/enquêteurs - un peu à la Esprits criminels - des personnes qui ont donc beaucoup de jugeote mais également de policiers intervenant sur le terrain.

L’antagoniste principal capte l’attention par son aura inquiétante et voilée de mystères. D’autres personnages rejoindront ce casting et varieront les discussions et interactions notamment Fukuda (très bon personnage). Tout comme l’œuvre, le chara-design est singulier et donne une identité à l’anime.

En matière de réalisation, l’anime est propre. L’animation est soignée. NAZ est crédité en tant que studio principal mais le staff est beaucoup plus important que cela et donne une véritable maîtrise et solidité à la production. En général, les adaptations du studio NAZ comme Infinite Dendrogram, Angolmois, Hajimete no Gal (…) sont plutôt médiocres ou inconstantes au niveau du rendu. Heureusement ID:Invaded est presque l’exception. L’ambiance maussade monotone avec des tonalités de gris, des personnages au teint blafard et au regard presque éteint, donne un style particulier fonctionnant bien avec les thèmes de l’œuvre. Quelques pistes orchestrales sont notables et agrémentent joliment l’oeuvre.

Conclusion : Un plongeon insondable dans un Thriller de S-F

Note :
8.5/10
0
ID:Invaded embarque le public dans un plongeon intense où l’inconscient et la réalité sont entremêlés. Ce thriller policier revisite la manière d’aborder les enquêtes grâce à la thèse du puits qui permet de sonder l’inconscient des meurtriers. Devenant plus frénétique et complexe par la suite, l’anime, toujours porté par un Sakaido charismatique, se focalise sur l’intrigue principale et conserve du suspense jusqu’au dernier instant. Bien rythmé et profitant d’une production sans inflexion de qualité, cette production originale complète avec une bonne fin propose une histoire efficace aussi inhabituelle que Re:Creators.

L’anime est disponible sur la plateforme de simulcast Wakanim

Partager sur :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments