Premières Impressions – Back Arrow

Avis de l'équipe

Synopsis :

Il s’agit d’une nouvelle série animée du réalisateur Taniguchi Goro et du scénariste Nakashima Kazuki.

Ringarindo est une terre entourée de murs. Considéré comme un dieu, le mur recouvre, protège, cultive et nourrit cet endroit.

Un jour, une mystérieuse personne nommée Back Arrow apparaît dans le village de Essha. Ce jeune homme a perdu la mémoire et la seule chose dont il se souvient est le fait qu’il vienne d’au-delà du mur. Pour essayer de retrouver ses souvenirs, Arrow décide de sortir du mur mais il se retrouve impliqué dans une bataille dont il est l’enjeu.

Moja

Avec ses sept premières minutes, Back Arrow avait de quoi me rendre très pessimiste.

On nous plonge dans un univers fantastique où deux nations sont ennemies, chacune semblant convoiter de mystérieux trésors tombant du ciel, pour augmenter probablement leur puissance militaire respective.

Quelques plans de poursuite moyennement bien réalisés, un affrontement de mecha trop classique avec une 3D sommaire et un air de production coréenne-chinoise/japonaise dans son chara-design rouvrant des blessures de guerre, ajouté à cela un Ending (mis à la place de l’OP) mou et totalement vide, cette production originale partait vraiment mal, très mal.

C’est dans les 2/3 restant de l’anime que mon attention fut captée et que mon ressenti changea drastiquement. Au moment où l’histoire se focalise sur un petit village puis son personnage principal amnésique, le show devient récréatif. C’est un humour assez spécial avec pas mal de non-sens et presque du ridicule. Cette aura pour autant m’a bien plu et fait directement apprécier l’ensemble de ce petit village. La cerise sur le gâteau est bien évidemment l’explication pour le nom du personnage principal et par la même occasion celle du titre de l’anime témoignant que ce show conservera un aspect décomplexé. J’espère tout de même voir plusieurs pointes d’émotions et de moments avec une symbolique simple mais impactante.

On peut affirmer que l’univers est correctement et intelligemment présenté que cela soit avec sa cartographie, l’existence du mur cloisonnant a priori son univers ou bien au détour de conversations notamment sur les trésors et Briheight. En seulement quelques minutes, on arrive à distinguer ce que les personnages savent, du mystère et de l’inconnu de cet univers.

Si les design et l’animation des mecha sont corrects sans plus, le design des personnages mélange à mon sens une tonne de dimension abstraites hétéroclites telles que la douceur, la nostalgie, un design asiatique mais aussi des œuvres shonen classiques d’antan donnant pour résultat quelque chose d’inexplicable que j’apprécie bien. Cette production m’apparait comme constante à l’avenir avec plusieurs courtes séquences bien animées.

Deux personnes importantes sont à la tête de cette production : Gorou Taniguchi en réalisateur (Planetes, Code Geass etc.) et Kazuki Nakashima (BNA, Kill la Kill, Gurren Lagann) au script. Ce sont deux vétérans ayant prouvés leur talent sur de nombreux animes (avec évidemment quelques ratés parfois). En 24 épisodes, ce binôme compte bien nous emmener quelque part, bien au-delà que le simple horizon de ce mur. Entre réussite ou raté, je ne saurai actuellement l’affirmer mais il est certain que cet univers a un gros potentiel.

Amusante, décomplexée et suffisamment vivante, cette production originale des plus mystérieuses ne plaira pas à tous mais elle suscite suffisamment mon intérêt pour que je continue le visionnage et ce jusqu’au bout.

Partager sur :
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires