Premières Impressions – Gekidol

Avis de l'équipe

Synopsis :

5 ans après la disparition d’une ville entière, Seria Morino, lycéenne, assiste pour la première fois de sa vie à une séance de « théâtre matériel » ou « théâtre 3D ». Impressionnée, elle décide de rejoindre une troupe de « théâtre matériel », nommée « Alice in theater ». Ensemble, les actrices vont aider à la convalescence de la ville, apportant joie et bonne humeur.

Hime

Gekidol est un anime qui mélange théâtre et idoles avec en arrière-plan une ambiance post-apocalyptique qui me fait penser à Shoujo Kageki Revue Starlight. Il s’agit d’un projet transmédia dont le slogan est « les idoles qui ne savent que chanter et danser sont ennuyantes ».

Le « théâtre matériel », ou encore « théâtre 3D » a fait son apparition au Japon. L’idée de départ est intéressante. Ensuite, pour cause d’impopularité, la troupe de théâtre « Alice in theater » décide d’incorporer au théâtre des éléments idoles pour étendre leur fan club. Au thème, il faut rajouter le post-apocalyptique qui définit une ambiance sous tension, une impression de lourdeur voire angoissante parfois. Les scènes théâtrales 2D et 3D du premier épisode étaient courtes, mais percutantes ; la représentation théâtrale musicale du second épisode, courte également, avait du charme. On ressent les émotions des actrices, mais aussi du public, avec intensité. L’immersion dans l’univers de l’anime est donc réussie. Il ne reste plus qu’à voir ce que donnera le mélange théâtre et idoles.

Seria, lycéenne, assiste pour la première fois de sa vie à une séance de « théâtre matériel ». Fortement impressionnée, elle décide de rejoindre une troupe de « théâtre matériel », nommée « Alice in theater ». Elle va s’avérer avoir du talent.  Le scénario semble simple et « light », mais il en est tout autrement. En arrière-plan, l’histoire se déroule après une catastrophe de grande ampleur (d’où le côté post-apocalyptique) qui va influer sur l’état d’esprit des personnages, et en plus, il s’avère que la troupe de théâtre est menacée de fermeture. L’anime a un côté un peu flippant, oppressant ; il y a du suspense.

Parlons plus en détails des personnages. Seria est une héroïne tragique. Au premier abord, elle apparaît comme timide, distante vis-à-vis des autres (elle refuse d’appeler quiconque par son prénom et d’employer un langage informel, mais si elle y est invitée). Elle a un comportement plus qu’étrange qui nous inquiète : nous apercevons par moments ce qui semble être son passé, des fragments d’un trauma peut-être liée à la catastrophe, soit par rêve, soit alors même qu’elle est éveillée. On se pose pas mal de questions ; elle nous intrigue. Seria est également une héroïne qui s’avère courageuse : dès qu’il s’agit de théâtre, elle devient une autre personne capable de s’exprimer à la perfection avec une voix puissante et envoûtante. C’est comme-ci le théâtre avait le pouvoir de la « guérir » de son passé.

Un deuxième personnage a fait l’objet d’interrogations lors du premier épisode, même si la réponse a été apportée rapidement lors du deuxième épisode. Lorsque Seria met les pieds pour la première fois dans les locaux d’ « Alice in theater », elle assiste à un échange de lignes entre une membre de la troupe et une personne dont l’existence semble à part (ses yeux ressemblent à une caméra, les autres n’interagissent pas réellement avec elle). Concernant les membres de la troupe de théâtre, chacune semble avoir un parcours différent, des tracas qui leur sont propres, une personnalité bien distincte. Au final, tous les personnages réussissent à capter plus ou moins notre attention.

Niveau animation, la CGI est présente lors des représentations de « théâtre matériel ». Sans être parfaite, elle va de pair avec les soucis techniques d’ « Alice in theater », sans oublier que le « théâtre matériel » semble être une technologie en cours de développement. Niveau visuel, si le décor extérieur adopte des couleurs ternes pour refléter le côté post-apocalyptique de l’anime, les personnages et le décor lors des représentations de « théâtre matériel » sont plus lumineux (voire peut-être parfois un peu trop). Le contraste entre les deux participe à créer une ambiance mixte, l’enthousiasme et la joie apparente cachant les inquiétudes et peurs des personnages.

Ainsi, Gekidol est un anime énigmatique, qui perturbe, avec à sa tête une héroïne à fort potentiel, qui pourrait s’avérer être une surprise pour beaucoup.

Partager sur :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments