Premières Impressions – Hanyou no Yashahime

Avis de l'équipe

Synopsis :

Au Japon féodal, les jumelles Towa et Setsuna ainsi que filles de Sesshomaru sont séparées après un incendie de forêt. En cherchant désespérément sa sœur, Towa erre dans un mystérieux tunnel qui la transporte dans le Japon actuel, où elle est trouvée et élevée par le frère de Kagome Higurashi, Sota, ainsi que sa famille. Dix ans plus tard, le mystérieux tunnel est de nouveau ouvert, permettant à Towa d’être réunie avec Setsuna qui est devenue une tueuse de démons travaillant pour Kohaku. Towa est choquée d’apprendre que sa sœur a perdu tous ses souvenirs. Rejointes par Moroha, la fille d’Inuyasha et Kagome, elles vont toutes les trois voyager entre les deux époques pour retrouver les souvenirs de Setsuna. 

Hime

11 ans après la dernière saison d’Inuyasha, une suite inespérée, Hanyou no Yashahime, fait son apparition, pour le plus grand plaisir des nostalgiques. Pour information, Inuyasha a été écrit par la célèbre mangaka Rumiko Takahashi, et son adaptation anime comporte 193 épisodes. L’attente était grande, mais a-t-elle été récompensée ? La réponse est affirmative.

Le premier épisode fait le lien entre la dernière saison d’Inuyasha et la suite à venir. Première scène : Towa Higurashi, venue de l’époque moderne, est retournée dans les temps anciens, et est prisonnière d’un seigneur. Ce dernier et son conseiller veulent savoir l’avenir du Shogunat, et pour cela ils lui racontent la légende du demi-démon Inuyasha et de la prêtresse Kagome. Les trois quarts de l’épisode sont alors consacrés à ce qu’il s’est passé 6 mois après le choix de Kagome de rester aux côtés d’Inuyasha. On retrouve avec joie les personnages d’antan avec leurs personnalités attachantes ; ils vont combattre ensemble un démon scellé par Kikyo. La dynamique est toujours la même et leurs interactions authentiques. Les décors et le chara-design sont également similaires à ceux de la dernière saison d’Inuyasha. Les seiyuu n’ont pas perdu la main, bien au contraire. En bref, on se croirait en 2009 ! Néanmoins, les derniers instants de l’épisode nous annonce un changement générationnel : Setsuna et Moroha viennent sauver leur amie Towa.

Ces trois héroïnes sont introduites dans le second épisode. Pour commencer, dans son enfance, Towa fait un saut dans le temps vers l’avenir, plus précisément a atterri dans le Japon moderne ; elle est séparée de sa sœur Setsuna. Elle est adoptée par Sota Higurashi et vit jusqu’à ses 14 ans sans réussir à s’ajuster à son environnement. On comprend qu’elle diffère des jeunes filles ordinaires, par sa force physique et sa personnalité ; elle incarne déjà l’héroïne justicière que beaucoup de fans adorent. Ensuite, dans le Japon féodal, nous rencontrons Setsuna, une chasseuse de démons, et Moroha, une chasseuse de primes, en train de combattre un démon. Les deux respirent la confiance en elles, voire une certaine arrogance, l’une gardant son sang-froid, l’autre étant plus impulsive. On imagine déjà les disputes à venir, ce qui rappelle l’ambiance de la bande à Inuyasha. Ainsi, cet épisode réussit à créer de l’attachement vis-à-vis d’elles.

Le second épisode est parfaitement cadencé, et sait entretenir le suspense : non seulement on souhaite en savoir plus sur les origines des jeunes filles (ce sont des demi-démons, mais quid de leurs parents ?), le comment elles sont devenues ce qu’elles sont, mais aussi on est curieux à propos des perles arc-en-ciel qu’elles possèdent (en raison de l’intérêt des démons pour celles-ci). Les armes et attaques des héroïnes sont également intéressantes. Pas de copier-coller ! Elles diffèrent de celles d’Inuyasha et sa bande. J’ai hâte de les découvrir plus en profondeur dans les épisodes à venir.

La direction artistique et l’animation sont impeccables, notamment lors des combats ; les mouvements sont fluides et les effets de lumière lors des attaques sont beaux.

S’agissant de la musique, alors que l’opening est emprunt de dynamisme, reflétant l’épopée à venir de nos héroïnes, l’ending est plus calme, et on apprécie les arrières plans simples mais magnifiques (des motifs japonais que l’on retrouve notamment sur les kimono et yukata).

En conclusion, l’anime démarre très bien avec un premier épisode qui satisfait les nostalgiques, puis un second épisode introduisant à la perfection les trois héroïnes.

Uzuchi

Diminutif de « Hanyou no Yashahime: Sengoku Otogizoushi  », Yashahime est un anime original faisant suite à la célèbre licence Inuyasha de Rumiko Takahashi. Si Yashahime est disponible en simulcast sur Crunchyroll, vous pourrez retrouver l’adaptation anime d’Inuyasha sur ADN et le manga du côté de Kana. Sunrise s’occupe de cet anime et sa réputation n’est pas à refaire pour son excellent travail concernant les franchises Gundam ou Code Geass par exemple. Je ne me fais pas de souci à ce niveau là et les premiers épisodes vont dans ce sens. Un réel plaisir de retrouver ce chara-design que j’apprécie énormément par la même occasion.

Ces 2 épisodes avaient clairement un rôle introductif. D’un côté, l’EP01 nous remettait dans le bain en reposant les bases sur ce quoi avait terminé Inuyasha et l’EP02 nous a introduit les 3 protagonistes féminines que nous suivrons tout du long. L’EP01 joue pas mal sur la nostalgie en nous remontrant Kagome, Inuyasha et cie dans leur train train quotidien au Japon féodal. Tout en mettant en avant la menace sûrement responsable de l’état actuel des choses pour les jumelles et Moroha. Ils sont égaux à eux-même, nous pouvons toujours voir que le sujet Kikyo est un sujet « compliqué » pour Inuyasha & Kagome d’ailleurs. Ce qui nous a donné le mythique passage du « Inuyasha ! Assis ! » avec notre semi-démon qui s’éclate royalement la tronche par terre. « Mais non je ne t’en veux pas Inuyasha mais Assis quand même » LOL. Toujours aussi fun à voir. L’EP02 nous met davantage en avant Towa sur les circonstances qui l’ont envoyé dans le Japon moderne et sa vide tous les jours. C’est à dire, faire son garçon manqué et se battre régulièrement avec la racaille du coin. Franchement si elle ne précisait pas que c’était une fille, je me ferais avoir à chaque fois vu que je la prends souvent pour un garçon (my bad, je ne suis pas douée) Nous avons aussi droit à une légère mise en avant de Moroha et Setsuna qui chassent les démons dans le Japon féodal. Pour finir par un concours de circonstances dans le Japon moderne, ce qui permet les retrouvailles de Towa avec Setsuna. Même si d’après la preview, Setsuna ne se rappelle pas d’elle. Ce qui est ballot, ça va faire l’effet d’une douche froide pour Towa qui pense à elle depuis 10 ans.

Je ne sais pas si tout est en lien avec le fameux ennemi de l’EP01 mais entre l’histoire des perles arc-en-ciel et l’amnésie de Setsuna, c’est assez nébuleux. Sans oublier qu’hormis le synopsis, il serait impossible de dire que ces 3 là sont les filles de Sesshomaru/Inuyasha vu que ce n’est mentionné à aucun moment. On peut facilement s’en douter pour Moroha, c’est une Inuyasha au féminin avec les cheveux noirs. Mais pour Setsuna et Towa… Mention spéciale au chara design de Setsuna que j’apprécie en passant, elle est magnifique. Sans oublier que les jumelles n’ont pas l’air à proximité de leur père dans le FlashBack. Du coup, nous ne savons pas ce qu’est devenu le cast principal de la série originale. Si on omet Kaede ou Kohaku mais en l’état, ce n’est pas d’eux dont je me préoccupe. Beaucoup d’interrogations, de zones d’ombre pour l’instant.

Conclusion : Un début assez intéressant et qui me donne envie de poursuivre. J’espère ne pas être déçue à terme des réponses ainsi que de la finalité que ça nous proposera.

Partager sur :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments