Premières Impressions – Hortensia Saga

Avis de l'équipe

Synopsis :

Le royaume d’Hortensia sur la péninsule de Iepetus est fier de son histoire vieille de 700 ans. Les terres fertiles de ce royaume ont toujours été convoitées par les pays voisins, mais le royaume pouvait compter sur ses deux grands duchés Olivier et Camellia pour repousser les menaces d’invasion. Hélas, le cinquième jour du douzième mois de la 767e année du calendrier du Saint Souverain, le grand duché de Camellia s’est soudainement retourné contre le royaume d’Hortensia. Des monstres sont apparus au moment de la trahison du duché de Camellia, plongeant ainsi le royaume dans une ère de chaos. Les chevaliers doivent affronter leur destin dans ce monde transformé en champ de bataille. La bataille fatidique pour la succession du royaume, qui a débuté par une grande tragédie, reprend de plus belle.

Moja

A la croisée entre un Granblue Fantasy et une œuvre plus orientée guerre telle que Chain Chronicles, Hortensia Saga est également une adaptation d’un jeu. A la différence des deux cités précédemment, Hortensia Saga a un peu plus de mal actuellement à nous convaincre par son histoire.

Sans rentrer trop dans les détails, cette adaptation dresse le tableau d’un monde déchiré par la guerre, les trahisons et les conflits entre diverses nations. Après deux épisodes, je dirai qu’outre la production titubante dès la seconde moitié du premier épisode, c’est réellement son écriture qui cause le plus préjudice. En effet, le casting est similaire à peu de choses près aux œuvres du même genre tout comme l’univers qui en seulement deux épisodes n’a pas vraiment le temps de s’épanouir et de révéler toute sa richesse. C’est donc dans le reste qu’il faut creuser.

La narration est peut-être légèrement maladroite avec un seul épisode et c’est seulement sur le second que les divers éléments s’emboitent mieux. J’aurai directement mieux intégré dans le premier épisode, le fait que tout le monde prend pour garçon notre chère princesse et cette scène où elle se coupe les cheveux. Les événements qui ont suivi la mort du roi sont assez opaques et on ne comprend pas bien toute la scène conflictuelle de ce monde. Si les flashbacks du second épisode apporte un peu de matière, le reste de cette sous-intrigue est trop clichée et relativement fade. De plus le comportement des personnages suicidaires et non lucides exaspère. Beaucoup trop d’éléments sont prévisibles et cassent notre plaisir de découvrir la suite.

Actuellement avec seulement deux épisodes, la fenêtre est bien trop restreinte pour juger globalement. Aussi bien l’intrigue principale que les sous-intrigues, comme celle de l’épisode 2 n’intéressent pas vraiment. Si l’anime veut capter notre attention, il va falloir au minimum dévoiler ses cartes ou s’améliorer sur la question.

Concernant la production, plus que titubante, elle m’apparaissait essoufflée dès le premier épisode comportant des scènes avec des gestes animés peu précis et naturels, une 3D questionnable et enfin un compositing parfois risible. Chose étrange, une telle aberration ne semble pas avoir été reproduite dans le second épisode. L’explication est simple, ce sont les milieux ouverts et les champs de bataille avec énormément de soldats qui posent problème ne rassurant donc pas pour la suite.

Pour terminer avec les deux meilleures notes de cette production, je mentionnerai évidemment l’OP interprété par MY FIRST STORY et l’ED par Mafumafu, très réussis tous les deux. Je ne conseillerai pas réellement l’œuvre que je compte tout de même poursuivre, en ressortant les animes des dernières années voire avant même 2000, il sera aisé de trouver des animes du même genre nettement plus sûrs et avec un propos plus accrocheur.

Partager sur :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments