Premières Impressions – Vivy -Fluorite Eye’s Song-

Avis de l'équipe

Synopsis :

« Nierland » est le parc d’attraction à thème sur l’intelligence artificielle où se mêlent rêves, espoirs et science. Vivy, la première IA humanoïde autonome, travaille au parc et monte sur scène tous les jours pour chanter. Cependant, cette dernière est loin d’être aussi populaire que prévu…

Vivy a pour mission de rendre tout le monde heureux en chantant. Afin de remplir sa mission, elle continue de chanter avec l’objectif de se tenir un jour sur la scène principale du parc.

Un jour, Vivy fait la rencontre d’une IA qui se fait appeler Matsumoto. Ce dernier prétend être une IA provenant de 100 ans dans le futur et que sa mission est de travailler avec Vivy pour changer l’histoire afin d’empêcher la guerre entre les IA et les humains qui aura lieu dans 100 ans.

Comment la rencontre entre ces deux IA ayant des objectifs différents va-t-elle changer l’avenir ?

Hime

Projet envisagé en 2016, scénario commencé en 2017 avec une collaboration de Tappei Nagatsuki (auteur du light novel Re:Zero) et Eiji Umehara (le principal scénariste du visual novel  Chaos;Child, et ayant supervisé le scénario de son adaptation anime), Vivy Fluorite Eye’s Song est une œuvre originale à l’allure futuriste. Néanmoins, malgré l’attrait des vidéo « concept » diffusées avant la sortie officielle de l’anime, je suis ressortie mitigée de mon visionnage des deux premiers épisodes.

Pour commencer par le positif, il faut mentionner le thème. Une société où IA et humains se côtoient, ce n’est pas banal ! Au contraire, c’est d’actualité que de s’interroger sur la place des IA dans la société, comment elles pourraient se développer et les problèmes qu’elles pourraient engendrer. Niveau chronologie, on nous présente la société « 100 ans dans le futur » puis la société « 100 ans auparavant ». Dans la seconde, les IA sont en cours de développement : chacune a une mission, leur rôle est purement d’assister les humains. Dans la première, les IA sont extrêmement développées, et ce développement a conduit au massacre des humains. Jusque-là tout va bien, le scénario est clair, le concept est intéressant.

Autre aspect intéressant car peu courant : loin d’être harmonieuse, la relation entre les deux protagonistes IA est, au contraire, particulièrement tendue. Leur collaboration s’avère laborieuse. Leur mission n’est pas la même, et de surcroît, le nounours IA (ou plutôt une IA ayant pris possession d’un ours en peluche, et qui se fait appeler Matsumoto) ne fait aucunement confiance en sa partenaire, l’IA chanteuse Diva (surnommée Vivy par la petite fille Momoka). Réussiront-ils à accomplir leur mission respective ? On attend une évolution dans leur relation dans les épisodes à venir.

Passons maintenant aux aspects de l’anime qui m’ont dérangée. Les transitions sont brutales, qu’il s’agisse de passer du futur au présent, ou de passer d’une mission réussie à une tragédie (fin de l’épisode 2). C’est perturbant, je n’apprécie pas le séquençage. Je n’aime pas également le mélange informations / action. Le nounours IA donne des informations en plein milieu de l’action avec un flux de paroles élevé. Il faut pouvoir suivre.

Ainsi, Vivy Fluorite Eye’s Song est un anime qui intrigue, mais qui n’est pas exempt de tout défaut. J’espère que par la suite le négatif va s’effacer.

Partager sur :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments