Premières Impressions – Appare-Ranman!

Après avoir marqué les esprits avec Uma Musume au printemps 2018, le studio P.A Works réinjecte de l’huile dans les moteurs pour s’attaquer cette fois-ci aux courses automobiles. Bénéficiant d’une avant-première deux semaines avant le Japon, Wakanim propose en France Appare-Ranman une production originale confiée au Studio P.A Works, qui réalise souvent de telles productions, et avec comme réalisateur Masakazu Hashimoto (Haruchika, Layton, Maquia, Soul Eater NOT).

La fin du 19e siècle marque le début d’une nouvelle ère prête à se dévoiler… À la suite d’un accident, Sorano Appare, un ingénieur brillant mais asocial et Isshiki Kosame, un samouraï balèze mais lâche, se retrouvent en Amérique après avoir dérivé depuis le Japon. Afin de rentrer chez eux, les deux compères sans le sou décident de participer à l’« American Transcontinental Race », dont le départ est à Los Angeles sur la côte ouest, et l’arrivée à New York. À bord d’une voiture à vapeur qu’ils ont construite, ils devront traverser des contrées sauvages, se battre contre des rivaux fous à lier, tout en se protégeant de l’environnement et des hors-la-loi… Les deux amis pourront-ils gagner cette course impitoyable et obtenir la récompense afin de rentrer au bercail ?

La première séquence de l’anime nous plonge directement dans le début d’une course. Comme beaucoup l’ont relevé, on pensera instinctivement à la série télévisée Les Fous du Volant dans les premières minutes. L’extravagance des véhicules, le côté décalé, la course automobile ou bien le cadre du lieu directement lié à l’Amérique et donc à cette atmosphère « western » semblent trop nombreux pour être une simple coïncidence. Dans cette courte scène, le public a la possibilité de voir l’ensemble du casting principal et de cerner un peu le présent de l’œuvre.

La scène présentée est une avant course de l’American Transcontinental Race avec à la clé 10 000 $ pour le gagnant. Petit point d’histoire, en 1928 la première Trans-American Footrace a eu lieu. Le point de départ est Los Angeles et le point d’arrivé est New York. La course est remportée en 84 jours. A la différence d’Appare-man, la course était à pied. 84 jours pour faire 5500 km… On se doute que l’anime prend pour base cette course afin de la revisiter avec des automobiles.

Appare-Ranman Episode 01 Run

Passées quelques minutes, l’anime replonge le public un an auparavant pour introduire en bonne et due forme les deux personnages principaux. D’un côté, Sorano Appare un ingénieur brillant, rationnel mais asocial et sans retenue puis de l’autre Isshiki Kosame un puissant samouraï, droit et intègre mais également trop crédule et bonne poire.

Le premier aspire à découvrir l’inconnu, aller toujours plus loin que les autres et être le premier à fouler ce territoire immaculé tandis que le second voudrait simplement vivre en paix et retourner chez lui au Japon. Ces deux premiers épisodes donnent un aperçu du passé de chaque personnage, Isshiki ayant une histoire qui intrigue le plus. Petit, il a subi un traumatisme qui le poursuit toujours aujourd’hui et l’empêche probablement de dégainer son katana ou bien de répandre du sang. Le second épisode introduit Xia Lian et d’autres personnages importants et donne une idée globale du casting.

Le casting est agréable mais sans être trop original. A l’image des personnages, les thèmes abordés sont divertissants mais relativement classiques. Plusieurs éléments tournent autour de cette idée de l’impossible et du possible : « Il y a l’impossible et ce que les gens pensent impossibles ». La chose est plutôt bien développée et intéressante. Au travers de cette course et de ces préparatifs, la plupart du cast va sûrement avoir un travail d’introspection puis grandir de cette expérience et de ces rencontres.

Pour l’instant, l’anime n’est pas encore rentré dans ce que je considère le vif du sujet : à savoir la grande course. Au vu du synopsis proposé par Wakanim, on peut supposer que la course durera plusieurs épisodes. Rien n’est sûr car c’est une production originale. Je m’avance mais parcourir 5500 kilomètres demandera facilement une dizaine de jours. 

Appare-Ranman Xia Lina Fight

C’est cette course à venir qui m’attire le plus. En matière d’introduction, ces deux premiers épisodes ont pleinement rempli leur rôle. J’ai trouvé le tout bien rythmé, divertissant et légèrement marrant. La synergie entre ces deux personnalités opposées marche bien. De ce binôme naît un comique sympathique basé sur des gags ou caprices de caractères relativement ordinaires déjà vus.

Au-delà de cette course sur laquelle tous les regards sont portés, ce sont les designs et la patte graphique qui ont marqué. Yurie Ootou est en charge des chara-design. Elle propose plusieurs personnages aux coupes de cheveux colorées et singulières. J’apprécie bien leur style vestimentaire ainsi que les touches de maquillage et accessoires propres à chacun. 

Satoshi Namiki (Another, Glasslip, Iroduku, Orange : mirrai etc.) est chargé de la photographie et Miho Sugiura de la DA. Les arrières plans en une couche sont somptueux, détaillés et inspirés et on ne peut que féliciter le travail réalisé dessus. Dans le premier épisode, certains décors typiquement japonais véhiculaient même une atmosphère morbide alors qu’arrivé en Amérique tout est plus coloré, égayé et vivant. Cette direction me plait.

Concernant le rendu final, le département de la photographie fait à mon sens un bon travail malgré la nette distinction entre les personnages et les arrière-plans. L’évolution des personnages dans le décor marque à quelques reprises lors de certains plans moyens et larges en raison de la superposition des couches. Le grain et le style des backgrounds très « vétuste, authentique » puis les personnages plutôt « lisses et épurés »  donnent un rendu qui pourrait déranger certaines personnes qui s’attachent trop à ce genre de détails. La perception humaine est facile à tromper mais difficile aussi à convaincre, d’autant plus quand les couches (layers) ont des styles si différents.

Appare-Ranman Art

Pour détailler rapidement l’animation, je la trouve bonne. Je n’ai pas de remarque particulière sur la 2D. L’emploi de la CGI sur certains éléments tels que la population ou les voitures n’est aujourd’hui plus une surprise (adieu nos belles juments en 3D galopant à toute vitesse…). Le design des voitures est très appréciable. C’est un peu dommage d’avoir de la 3D et non pas de la 2D qui donnerait sûrement plus de charme aux diverses automobiles. Les quelques aperçus de course avec les bolides en trois dimensions m’ont plutôt emballés et satisfaits.

La bande-son dans Appare-Ranman est également une réussite avec des morceaux rythmés et variés. Plusieurs appartiennent au registre western et complètent bien l’anime.

En conclusion

C’est un joli départ pour cette production originale même si le gros morceau n’est pas encore arrivé. Ces deux épisodes se contentent de présenter le casting, l’univers et l’intrigue. La production est soignée avec un travail épatant sur les arrières plans. Il est évident que je ne peux porter un jugement sur l’œuvre vu que la Trans Américaine n’a pas encore débuté et que pour l’instant le propos est relativement ordinaire. On peut tout de même être confiant avec le staff derrière et cette course singulière de plusieurs jours qui se profile à l’horizon.

L’anime est disponible sur la plateforme de simulcast Wakanim

Partager sur :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments