Premières Impressions – Born to be on air !

J’ai toujours estimé que certaines œuvres méritaient davantage le coup d’œil avec leur adaptation animée qui revêt une autre dimension grâce aux sonorités. C’est l’hypothèse des animes au thème musical où le ressenti est bien meilleur et où le public est directement touché au plus profond grâce aux performances des chanteurs, compositeurs ou orchestre. Born to be on air rejoint ce groupe singulier grâce à sa thématique que je n’avais encore jamais expérimenté : la radio.

Minare Koda, une jeune serveuse originaire de Sapporo, fait la rencontre dans un bar de Kanetsugu Matou, le directeur d’une station de radio locale. S’ensuit alors une conversation explosive sur les peines de cœur. Le lendemain, alors qu’elle est au travail, Minare entend ses diatribes de la veille à la radio ! Matou avait secrètement enregistré les complaintes de Minare et les a diffusées sur les ondes. Cette dernière se retrouve alors à présenter ses plus plates excuses en direct ! Ce moment de radio fait un carton et rapidement, on lui propose de présenter sa propre émission ! C’est ainsi que débute l’histoire de cette présentatrice en herbe !

Avez-vous déjà vécu cette soirée plutôt arrosée en compagnie d’amis ou d’inconnus qui après quelques verres commencent à déballer tous leurs soucis et cette frustration emmagasinée depuis un moment ? Nous à chaque fois, on s’en fiche, mais eux ils continuent et continuent… et on se retrouve toute la soirée à écouter leurs complaintes, souvent les mêmes. Si c’est le cas bonne chance. Dans cette situation, il est délicat de raisonner la personne et tempérer ses ardeurs. Bien souvent, on est plus dominé par le courant de mots à la suite qui sort de la bouche de la personne que médiateur actif.

Born to be on air présente une situation similaire mais de manière divertissante avec Minare Koda, une femme explosive et bruyante à la verbe incisive qui se retrouve malgré elle à la tête d’une émission de radio après avoir déballée sa vie à un producteur de radio. Durant cette émission, l’audimat envoie ses complaintes, peines de coeur et autres histoires puis Minare s’exprime avec franchise sur les lettres envoyées.

Nami yo Kiitekure 01 Koda radio - Copie

On est bien loin du cas convivial où la personne va tenter d’aider l’autre avec retenue. Aucun détour ni parole mielleuse ici, Minare rentre parfois dans le mur et n’hésite pas à aller contre-sens. Ce franc-parler est particulièrement appréciable. Tous les genres d’histoires sont rencontrés, allant de celle volontairement inintéressante à d’autres bien plus loufoques. Et les réponses de Minare ne sont pas sans reste.

Ce qui est particulièrement intéressant avec cet anime, c’est que l’émission (de ce que j’en ai vu dans le premier épisode) met en scène une situation en même temps que Minare répond aux envoyeurs. A quel moment, on se retrouve dans une situation où quelqu’un répond aux complaintes tout en se retrouvant face à un ours… En effet Born to be on air est totalement barjo en ce qu’il mélange dans ce premier épisode l’univers de la radio avec une forme de rôle play. Le staff derrière doit alors produire les sons adéquats afin que le public visualise cette situation.

Excepté cela qui n’est qu’une partie minime, ce prologue permet d’introduire Minare Koda. Cet épisode prend le parti de présenter en premier l’émission de radio dans le présent puis de revenir dans le passé pour expliquer les événements qui ont amené à cette drôle de situation. Plonger directement le public sans trop d’explications pendant 4-5 minutes est assez osé. Cette femme a une aura impressionnante et écrasante même dans les situations de drama. Les autres personnages sont pour l’instant un peu en retrait afin de produire une introduction focalisée sur Koda. Le format marche bien grâce à ce personnage subtil qui a beaucoup de caractère. On se plait à découvrir sa vie et ses longs monologues.

Wave, Listen to Me 01 Koda

Ce premier épisode est suffisamment bien rythmé pour maintenir le public accrocher… Tout du moins en dehors des tirades qui parfois n’en finissent pas. L’anime sur ces moments prend une autre dimension et devient beaucoup plus intense et exigeant. Tel un torrent, il faut s’accrocher afin de ne pas être perdu sous la tonne de mot déversés.

Sur ces phases parfois un peu élongées, Minare crée un rythme intense et très régulier sans moment de pause. La question n’est pas vraiment de déterminer si c’est bien ou non, cette proposition est unique et sera accueillie différemment selon chacun et notre tolérance ou habitude à la chose. On peut en revanche relever que l’anime à quelques reprises sur les phases de radio s’étouffe un peu lui-même en ce qu’il enchaîne directement sur la suite, ne laissant pas de temps au public parfois de savourer posément le comique ou les histoires présentées. Pour autant, l’œuvre essaye toujours d’instaurer des petits temps un peu plus calmes (d’une ou deux secondes ne vous attendez pas à plus). Difficile donc d’avoir des fous rires sur ces phases, en tout cas dans le premier épisode.

Niveau adaptation, le studio Sunrise compte bien montrer à tous son investissement dans cette adaptation. C’est pour l’instant, l’adaptation la mieux animée que j’ai vu, aussi bien le combat contre l’ours ou le simple fait de changer de feuille pour lire etc. C’est l’une des productions les mieux gérées. Aucun souci à relever (excepté la séquence avec la voiture), le divertissement possède un cadre des plus optimales pour donner libre cours aux diverses séquences.

En conclusion

La performance de la seiyuu Riho Sugiyama est incroyable. C’est un anime qui se destinera à une communauté assez âgée recherchant un comique et une œuvre sortant de l’ordinaire. J’ai apprécié ce premier épisode mais je garde tout de même quelques réserves sur l’impact du comique dans cet anime. J’attends d’en voir plus aussi bien sur le renouvellement du comique centré sur les émissions de radio que sur les séquences tranche de vie. En proposant des longs monologues, est-ce que le public ne va pas décrocher et se désintéresser de l’anime ? Dans tous les cas, je recommande fortement de ne pas adopter un visionnage à la suite des épisodes. Enchainer plus de deux épisodes de cet anime demandera à mon avis bien trop d’énergie et de concentration. Il vaut mieux le savourer telle une émission de radio à la périodicité quotidienne ou hebdomadaire.

L’anime est disponible sur la plateforme de simulcast Wakanim

  • Copyright : ©2020Hiroaki Samura, KODANSHA /“Wave, Listen to Me! » Production Committee.
  • Site officiel : https://namiyo-anime.com/
Partager sur :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments