Premières Impressions – Super HXeros

La saison été vient tout juste de commencer qu’on a déjà le droit à avoir des jeux de mot assez nazes en guise de titre d’anime. Pour ceux qui ne le savent pas, cette saison été sera marquée par le ecchi sous toutes ses coutures. Aucunement besoin d’aller à la plage, à la salle de sport ou au bord d’un lac, été 2020 comblera toutes vos envies lubriques. Super HXHeros ouvre ainsi cette saison avec un titre à la croisée entre le genre Sentai et un film X sorti de notre placard.

La Terre fait face à une menace sans précédent d’une invasion par les extraterrestres Kiseichuu. Les Kiseichuu se nourrissent de l’énergie érotique humaine, connue sous le nom d’énergie HSans elle la population humaine est affaiblie. Le lycéen Retto Enjo est membre du groupe de héros HXEROS et ensemble, ils se battent pour sauver la Terre, avec ou sans vêtements.

la séduire…

En général, les animes ecchi de ce genre font dans le sommaire en matière de scénario et utilise une accroche classique et relativement efficace. Peu de surprise ici, on est en face d’un prologue agréable à regarder qui reste dans une zone de confort évidente. Peut-être même un peu trop…

L’anime s’ouvre comme toute romance classique en présentant une scène du passé entre Retto Enjo et sa copine Hoshino Kirara. L’ambiance est rose bonbon, il ne fait aucun doute que les deux tourtereaux s’aiment. 

De retour dans le présent, les deux sont aujourd’hui lycéens et une certaine distance s’est créée sans vraiment qu’on n’ait d’explications. Kirara semblent maintenant détester les hommes. Ce premier épisode va entrouvrir ce personnage (et son décolleté) afin de mieux le comprendre.

Le déroulement de l’intrigue de l’épisode est classique mais pas vraiment déplaisant. On se laisse porter aisément grâce à Retto Enjo. Il n’est pas aussi charismatique que certains piliers du genre ecchi mais il transmet une certaine douceur et bienveillance. Le choix de son seiyuu est d’ailleurs parlant : Yoshitsugu Matsuoka qui donne sa voix à Bell (DanMachi) ou Aki Tomoya (Saenai). Ce n’est pas une ordure ou un obsédé sur patte comme bien d’autres. En ce sens, on apprécie plutôt bien le personnage.

Super hxeros past

Par la suite, l’anime dévoile la menace qui pèse sur la planète : se faire vider l’énergie Eros par les Kiseichuu. C’est évident, Super HXeros se caractérise en une forme de parodie du genre ecchi. Plusieurs jeux de mots et séquences s’y prêtant sont éparpillées occasionnellement au sein de ce premier épisode. Le tout nous fait sourire surtout quand le 4ème mur est brisé au détour d’une phrase.

Cette invasion en arrière-plan à la sauce Sentai peine à inquiéter le spectateur et ressemble davantage à un prétexte volontairement non maquillé pour donner encore plus de cachet à cette parodie. L’univers de l’anime semble presque sans intérêt. C’est un délire auquel il faut accrocher.

Néanmoins cette forme de parodie avec un tout plein de brillance et d’étoiles comiques, très légère, ne porte pas préjudice au développement des relations, l’anime est mignon et conserve une décence même s’il arpente le chemin du ecchi. On est davantage dans un fan service saupoudrant finement l’œuvre que dans un ecchi bien lourd et potentiellement indigeste.

Tout ceci étant dit, passons maintenant aux éléments qui pénalisent cette œuvre. Comme énoncé précédemment, c’est plaisant sans pour autant faire peau neuve et enfoncer sans réserve diverses portes tel un Ishuzoku Reviewers. D’un autre côté, l’anime n’est pas aussi extravagant, loufoque ou déjanté tel un Kenzen Robo Daimidaler. Il n’est pas non plus aussi drôle qu’un High School DxD basant son comique uniquement autour du ecchi et faisant preuve d’imagination et perversité pour nous faire rire.

Super Hxeros Heroe

Vous l’aurez compris, quoi qu’on pense de ses précédentes œuvres, elles nous ont marqué en bien ou mal. Pour moi cet anime reste relativement générique et même soft. Il s’enferme un peu trop dans cette zone de confort. L’œuvre prélève les éléments qui ont fonctionné ailleurs sans chercher à approfondir pleinement un aspect ou à rentrer dans l’opposition avec une partie du public.

En ce sens, il est une bonne porte d’entrée pour des personnes ne souhaitant pas essayer un des extrêmes évoqués par exemple au-dessus. Cet anime est plutôt accessible et pourrait plaire à une communauté exécrant des ecchi singuliers. A l’inverse, l’anime n’offre malheureusement aucune nouveauté et reste générique. Pour vivre au travers des années, il faut marquer l’esprit. Et en ce sens, l’anime peine pour l’instant à convaincre.

Enfin, un petit mot sur le staff de l’anime. Project No.9 est le studio principal… Ce n’est clairement pas un de mes préférés pour être poli. Aucune de leurs oeuvres ne m’a jamais ébahi visuellement ni même vraiment conquis sur le fond. Super HXeros possède par moments quelques brillances sur l’animation, très brèves et de jolis effets spéciaux. Néanmoins au vu du studio et de ce premier épisode, j’ai quelques réserves. Concernant l’animation, c’était probablement plus une exception que la règle, même si je peux me tromper. Également plusieurs scènes intermédiaires de contextualisation, plans larges étaient juste satisfaisantes et je pense qu’on ressentira des lacunes ici dans les prochains épisodes même si le travail restait très décent. 

En conclusion

Super HXeros n’agrège pas seulement en son titre plusieurs genres mais également en son « sein ». Cet anime propose un bon mélange entre romance, ecchi, parodie, school… L’œuvre est plutôt plaisante. Néanmoins, il peine à avoir des mensurations marquantes. L’anime semble s’inspirer des éléments qui fonctionnent bien ailleurs en gardant une certaine réserve et sécurité dans son propos. A mon sens, plus que dessiner et tâter de nouvelles formes généreuses inconnues, Super HXeros a la tête entre deux paires de boobs et propose un tableau trop générique que le public masculin se plait toujours à regarder mais dont on a déjà fait le tour un bon nombre de fois.

Je continuerai bien entendu à le regarder car le visionnage est relativement plaisant pour quelqu’un de bon public comme moi.

L’anime est disponible sur la plateforme de simulcast Wakanim

Partager sur :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments