Premières Impressions – Sakura Wars the Animation

Chaque année de nombreux jeux vidéo font l’objet d’adaptations animées, la plupart du temps peu réussies ou marquantes. C’est le cas cette saison avec pas moins cinq sorties. A la différence des autres œuvres tirées de jeu vidéo, Sakura Wars est une saga emblématique, tout du moins au Japon, dont le nom est très évocateur. En occident, la communauté est nettement moins importante et l’anime est de fait très peu attendu.

Sakura Wars the Animation a pour objet principal de promouvoir le jeu japonais du même nom Sakura Wars (ou Shin Sakura Taisen) sorti il y a plusieurs mois au Japon et avec une fenêtre de sortie fin avril en occident sur PS4.

1941, les jours paisibles sont de retour à la capitale impériale de Tokyo. Lorsque Kamiyama Seijuro, chef de la Brigade des Fleurs de la troupe impériale est transféré en Europe, Sakura Amamiya est promue cheffe adjointe. Plus tard, lors d’un passage au Japon, Kamiyama rend visite à la Brigade des Fleurs accompagné d’une jeune inconnue, Clara, unique survivante de la troupe de Moscou, anéantie lors d’un terrible accident. Elle est alors confiée à Sakura et au reste du groupe, qui la prendront sous leur aile en tant qu’apprentie. Mais pendant ce temps, un groupe prétendant être la troupe de Moscou apparaît soudainement à la capitale impériale… Qui est donc cette Clara originaire de Moscou ? Mais surtout, que vient faire au Japon la troupe de Moscou supposée anéantie ? Un nouveau combat commence pour la Brigade des Fleurs de la troupe impériale !

N’ayant pas encore joué au jeu, il me sera difficile de donner des arguments précis sur l’histoire mais il est évident que cette adaptation se destine en grande partie aux joueurs vu qu’il prend place après la fin du jeu

Même sans avoir joué, ce premier épisode est limpide et rempli correctement son rôle pour instruire et immerger le public. De plus, il ne bombarde pas le spectateur de nombreuses références qui ne pourraient pas être comprises par la personne n’ayant pas jouée au jeu. Et même, l’histoire semble se suffire à elle-même et pourrait tout à fait être une porte d’entrée pour n’importe qui. Kubo est au chara-design, ce qui est un petit point des plus appréciables. A ma connaissance, c’est aussi la seule oeuvre qui aborde avec un tel point de vue le spectacle/théâtre féminin (Takarazuka).

Dès lors, pourquoi considérer que cet anime est destiné avant tout aux fans ? La réponse est un peu tranchante : seuls les fans seront attirés par ce spectacle et arriveront à passer outre les faiblesses de cet anime manquant de fragrance.

Sakura taisen Sakura

Excepté pour les productions Orange et pour de rares cas, la 3D n’est en général pas gage de qualité et rebute plus qu’attire le public. Le studio SANZIGEN ne déroge pas à la règle et soumet des modèles de CG moyennement convaincants, très banals dans leur conception. Les personnages manquent également d’expressions, de vie mais aussi de fluidité.

A deux moments dans l’anime, Sakura bénéficie d’un éclat inattendu avec deux bouilles différentes. C’était rigolo et bienvenu. Mais c’est bien la seule surprise de ce premier épisode d’un point de vue de l’animation.

A titre personnel, je suis assez réceptif à ce genre d’art et la 3D ne me dérange pas vraiment. Mais je pense que le public lambda aura du mal. L’intégration des modèles 3D dans les décors 2D étaient plutôt réussie. Le rendu, à mes yeux, restait appréciable. J’ai trouvé certains travelings intéressants lors de la réunion ou durant le spectacle. Les combats, aussi bien humain que robots, mettent en avant de jolies chorégraphies, effets spéciaux et semblent avoir un potentiel non négligeable malgré la 3D. C’est seulement à la fin avec une modélisation full 3D des séquences de combat de mecha, que je n’ai pas trouvé le rendu réussi et réaliste.

Sakura Wars the Animation Hatsuo mecha

Autre point qui pourrait rebuter : le design des mecha. Ils restent très singuliers et ne sont pas aussi classes que pourraient l’être par exemple des Gundams. Ils font un peu empotés. Moi-même, je ne suis pas un grand fan des designs.

Aussi bien l’histoire que le casting ne sortent pas de l’ordinaire. On retrouve cette jeune fille amnésique mystérieuse au centre de l’intrigue qui attire tous les ennemis. La brigade a pour mission de la protéger et de créer un cocon familial où elle pourra s’épanouir, le temps de découvrir les tenants et aboutissants de l’histoire. C’est relativement banal pour l’instant. L’intrigue ne m’a pas déplu mais là encore elle sera un argument en défaveur de l’anime pour certains. Peut-être qu’elle connaîtra une ascension favorable par la suite, mais actuellement ce n’est pas le cas.

Dernier aspect : le casting très générique. J’ai trouvé le personnage de Seijuurou réussi. Or pas de chance, l’anime sous-entend que ce personnage sera hors champ pendant au moins un petit moment, laissant toute la place à Sakura et ses amies. J’en viens donc au point qui m’a le plus posé problème : Sakura. Si dans un jeu vidéo, ce personnage figure de proue passe bien mieux, notamment car elle n’a pas tout le temps un doublage complet, dans un anime c’est différent. Son caractère et sa voix peuvent être facilement énervants ou insupportables.

En conclusion

Cela me permet d’enchainer sur cette longue conclusion. L’anime en ce qu’il n’est pas un jeu vidéo, perd énormément en acabit. Plus de simulation de drague, le public se retrouve devant une histoire banale où il ne contrôle rien et sans le protagoniste masculin qui apportait des couleurs à l’anime (à confirmer). J’ai peur que si Seijuurou soit absent, l’anime n’ait aucune séquence comique comme dans le jeu. L’absence de profondeur et de subtilité des personnages/discussions ne se retrouvent pas dans ce premier épisode. Le rendu très joli de Sakura Wars le jeu, devient ici beaucoup moins attirant avec une 3D médiocre. Le développement fascinant des relations et la découverte de l’univers sont mis de côté pour se focaliser sur l’histoire d’une jeune fille amnésique, au moins dans ce premier épisode. Beaucoup de points devront être rectifiés et/ou ajoutés comme par exemple l’aspect antagoniste, mais de l’ensemble de ces propos ressort plus de faiblesses et banalités que de points forts.

Après avoir déconseillé à juste titre Tamayomi, c’est au tour de Sakura Wars d’offrir un prologue peu convaincant. Le charme de la licence présent dans le jeu opère très peu dans ce premier épisode. J’ai apprécié mon visionnage (car je suis bon public et je connais la licence) mais je ne pense pas que cet anime plaira faute de caractère. Difficile de recommander Sakura Wars the Animation alors que j’aimerai encourager cette licence enfin de retour. Mon dernier mot sera donc : préférez d’autres animes saisonniers plus pertinents, excepté si l’anime vous intrigue et peut vous convenir, mais ne faites pas l’impasse sur le jeu vidéo qui sortira fin avril, avec en plus un doublage en français, car c’est un jeu unique rempli de charme, qui a beaucoup à offrir.

L’anime est disponible sur la plateforme de simulcast Wakanim

Partager sur :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments