Sticks Passionnés 🎮 – Edition n°3 : Ao no Kiseki, épisode préféré de la série Kiseki ?

ReprĂ©sentant le second Ă©pisode de l’Arc Crossbell et concluant ce mĂŞme arc, Ao no Kiseki Ă©galement appelĂ© Trails of Azure est un jeu qui revient souvent dans les dĂ©bats et discussions. Tandis que certains Ă©pisodes de la saga des The Legend of Heroes : Trails sont plus ou moins bien reçus, Ao no Kiseki est un jeu qui possède un relatif consensus auprès de la communautĂ©. Tout le monde affirme que c’est un très bon jeu et d’autres vont mĂŞme plus loin en affirmant que c’est Ă  ce jour le meilleur Ă©pisode de la sĂ©rie Kiseki.

Bonjour Ă  tous et bienvenue pour cette troisième Ă©dition de « Sticks passionnĂ©s », oĂą comme n’est pas coutume, j’aborderai encore un sujet propre Ă  la sĂ©rie de jeux vidĂ©o Kiseki. Cette fois-ci, j’expliquerai pourquoi le jeu est aussi bien reçu auprès de la communautĂ© et je donnerai en mĂŞme temps mon avis sur cet Ă©pisode, que je considère comme le meilleur que j’ai fait pour l’instant. 

Un rapide rappel des Editions précédentes et à venir sur le site :

– Edition n°1 : Le charme de la série The Legend of Heroes : Trails
– Edition n°2 : Quel épisode pour débuter la série The Legend of Heroes : Trails ?
– Edition n°3 : Ao no Kiseki, épisode préféré de la saga des The Legend of Heroes : Trails ?
– Edition n°4 : L’évolution du Gameplay et du Combat Orbment des Kiseki (Partie 1)
– Edition n°5 : L’évolution du Gameplay et du Combat Orbment des Kiseki (Partie 2)

Pour comprendre oĂą se place l’Ă©pisode dans la timeline des Kiseki, je vous invite Ă  vous rĂ©fĂ©rer aux Ă©ditions prĂ©cĂ©dentes. Si vous souhaitez connaitre la façon de jouer au jeu sorti uniquement au Japon, lĂ  encore je vous oriente vers la partie Conseils et Questions/RĂ©ponses de l’Edition 2 qui rĂ©pond Ă  la chose.  Cet article est garanti sans spoil, dans une moindre mesure. 

Zero no Kiseki, tremplin de Ao no Kiseki

Si certains Ă©lĂ©ments permettent d’apprĂ©cier autant ce jeu, d’autres ne changent pas beaucoup comparĂ© aux prĂ©cĂ©dents Ă©pisodes. Je pense notamment au Gameplay et Ă  la personnalisation qui sont globalement similaires Ă  Zero no Kiseki voire mĂŞme aux Trails in the Sky Ă  quelques exceptions près. Bien entendu que cela apporte une nouvelle manière d’affronter les ennemis, surtout vers la fin du jeu, et de concevoir les batailles Ă  venir mais je ne pense pas que ça soit un des Ă©lĂ©ments dĂ©terminants majeurs. Le gameplay est toujours bon et je vous invite Ă  vous rĂ©fĂ©rer Ă  l’Edition 4 pour connaitre avec prĂ©cision les changements. 

La structuration du jeu en chapitres et divers temps/journées reste aussi globalement la même que dans Zero.

A l’identique, c’est toujours le mĂŞme moteur graphique et cette patte pixelisĂ©e. Elle a fait le charme de la sĂ©rie, je l’apprĂ©cie beaucoup (plus que Trails of Cold Steel I et II), mais lĂ  encore rien d’essentiel. 

Concernant la bande-son, on peut commencer Ă  dĂ©battre ensemble sur la question. Je trouve dĂ©jĂ  qu’on tient un petit Ă©lĂ©ment qui pourrait expliquer dans une moindre mesure ce ressenti. Je trouve que c’est l’une des meilleures de la sĂ©rie avec des tonalitĂ©s et une variĂ©tĂ© s’imbriquant bien avec le propos et cadre du jeu.

L'histoire se déroule après une courte ellipse

Après avoir abordĂ©s rapidement tout cela, j’en viens au premier Ă©lĂ©ment dĂ©terminant selon moi qui pèse dans la balance, Ao no Kiseki est la suite directe de Zero no Kiseki… Vous me direz « oui mais encore » ? 

A l’image de Trails in the Sky 1st, Zero no Kiseki introduit l’univers et les personnages. C’est très poussif, il faut au moins attendre la fin du Chapitre 3 pour avoir un pic intense. Zero est un Ă©pisode de construction, il va poser toutes les fondations : dĂ©couvrir les divers quartiers de la ville, prĂ©senter les personnages, explorer la rĂ©gion de Crossbell (Ă  pied). Certains personnages centraux dans l’arc ne sont introduits qu’Ă  partir de plusieurs dizaines d’heures. On va rĂ©soudre des petits problèmes locaux, comprendre les problèmes sous-jacent Ă  Crossbell telles que la corruption, la mafia, les dissensions avec les nations l’entourant etc.

C’est un peu exagĂ©rĂ© de dire ça mais les premiers chapitres de ZĂ©ro sont un long prologue et c’est seulement Ă  la fin que le jeu s’accĂ©lère. 

NĂ©anmoins après avoir terminĂ© le jeu, des pièces du puzzle manquent, les problèmes politiques de Crossbell ne sont pas rĂ©glĂ©s pour autant, le passĂ© de certains personnages reste encore inconnu, bref beaucoup d’Ă©lĂ©ments interpellent. En sachant qu’un Ă©pisode suit et que l’intrigue principale de Zero ne fait pas intervenir les principaux antagonistes de la sĂ©rie, on se doute que Ao no Kiseki va aborder tout cela et potentiellement rĂ©pondre Ă  beaucoup d’interrogations. On retrouve cette mĂŞme dualitĂ© qu’avec Trails in the Sky 1st et 2nd.

Une consistance et un rythme hors pair

La première chose qui m’a interpellĂ© avec Ao no Kiseki, c’est son très bon prologue.

Le cadre est directement posĂ©. Je mentionnais un Zero no Kiseki très poussif, ici c’est tout l’inverse. Je n’ai pas rĂ©ussi Ă  m’arrĂŞter avec ce jeu. Les chapitres gagnent au fur et Ă  mesure en intensitĂ© et en intĂ©rĂŞt. MĂŞme le Chapitre 1 est sympa Ă  faire car les principaux antagonistes commencent Ă  montrer leurs visages et plusieurs Ă©vĂ©nements inquiĂ©tants et mystĂ©rieux arrivent. A partir de Chapitre 2, le jeu devient passionnant. On aborde enfin de la politique en profondeur avec des questions complexes et intĂ©ressantes : telle que l’autonomie de Crossbell, la sĂ©curitĂ© Ă  Crossbell, le mode de gouvernement ou bien les relations internationales.

Le droit et la politique n’ont je pense jamais Ă©tĂ© aussi bien abordĂ©s dans une sĂ©rie des Kiseki. C’est un cas très concret, facilement identifiable et comprĂ©hensible mais Ă©tonnamment complexe. Les chapitres s’enchaĂ®nent avec des temps un peu plus posĂ©s et des hauts pics d’intensitĂ©s. A partir de la fin du Chapitre 3, c’est un feu d’artifice Ă  tout instant. Revisiter Crossbell prend mĂŞme une autre saveur Ă  partir du Chapitre 4. C’est un ascenseur Ă©motionnel, et ce jusqu’Ă  la toute fin.

Les Kiseki ont toujours alternĂ© entre des phases posĂ©es et intenses mais je n’avais jamais ressenti une telle alchimie et complĂ©mentaritĂ© entre les deux. 

Le bouffon toujours présent à l'appel

Twist of Azur

Comment expliquer cela ? Le jeu est aussi jouissif grâce au nombre hallucinant de rebondissements. Les personnages se sont tous donnĂ©s le mot pour nous trahir ou cacher leurs vĂ©ritables intentions. Puis Ă  l’inverse mĂŞme quand tout semble calme et qu’on pense profiter d’une journĂ©e Ă  la plage entre deux chapitres, le jeu nous prouve qu’après avoir Ă©taler de la crème solaire, il faut revenir aux choses sĂ©rieuses alors mĂŞme qu’on pensait ĂŞtre en vacances…

C’est impossible de tous les voir venir et ce jusqu’au tout dernier combat final.

Les tiraillements du casting

Ce n’est pas propre au jeu, dès les Trails in the Sky on y avait le droit. 

Mais en l’espèce, il y a une telle concentration de cas singuliers en un court laps de temps, ce qui crĂ©e un cocktail explosif. Entre Randy, Rixia, KeA, Wazy et NoĂ«l puis d’autres personnages de fin que je ne peux citer, ils se retrouvent tiraillĂ©s entre divers intĂ©rĂŞts difficilement conciliables et donnent une profondeur inestimable au casting dont on ne se lasse pas. C’est principalement dans les deux derniers chapitres que la chose se ressent.

Je suis Ă©galement très tiraillĂ©, je ne sais pas laquelle choisir…

Get Over the Barrier !

Une fois de plus, c’est un thème rĂ©current Ă  la sĂ©rie mais dans l’arc Crossbell, la chose est bien plus centrale et mieux abordĂ©e. Il y a des barrières en ce monde qu’on ne peut briser. Cette volontĂ© de la SSS (Special Support Section) et de Lloyd de trouver une solution Ă  cela est bien dĂ©veloppĂ©e dans Zero no Kiseki et tout aussi rĂ©ussie dans Ao no Kiseki. 

A la diffĂ©rence de Rean, Estelle et Joshua, Lloyd est quelqu’un de plutĂ´t normal. Il n’est pas aussi talentueux ou puissant que les autres. Dans Ao no Kiseki, on se retrouve facilement dĂ©semparĂ© et en position dĂ©licate car il est impuissant. Le jeu prend facilement aux tripes et revĂŞt plus de sens au vu de son casting et du contexte.

Un cocon restreint qui s'agrandit

Et parlons-en du casting principal. C’est peut-ĂŞtre quelque chose qui s’est perdu depuis les Cold Steel mais cette proximitĂ© et intimitĂ© avec les personnages principaux n’a pas de prix. Ao no Kiseki trouve un bon Ă©quilibre afin d’avoir suffisamment de personnages Ă  dĂ©velopper sans trop s’Ă©parpiller. Notre maison est la SSS et non autre chose. Des nouveaux personnages rejoignent la SSS permettant ainsi d’avoir un Chapitre 1 qui ne souffre pas d’une redondance. Ces personnages apportent une certaine fraĂ®cheur inattendue aussi bien dans le gameplay que dans les interactions.

De plus, les personnages dans l’ensemble ont cette relative maturitĂ© dans leur comportement ou agissements, bien plus qu’un Trails of Cold Steel I, II et III (on va penser que je m’acharne sur le jeu Ă  cette allure). 

Mais notre famille est Ă©galement Crossbell. La chose est plus conviviale que dans les Cold Steel ou les Trails in the Sky par exemple puisque le territoire est plus rĂ©duit. On connait la plupart des PNJ – logique après des dizaines d’heures sur Zero – et leurs histoires ou petits tracas.

Si on conserve ce cercle privĂ©, l’arrivĂ©e des protagonistes connus des Ă©pisodes prĂ©cĂ©dents fera Ă©normĂ©ment plaisir sans pour autant faire de l’ombre au reste du casting. Leur prĂ©sence est très ponctuelle en raison de leur rĂ´le soit très prĂ©cis ou bien en arrière-plan.

Section de support et d'enquĂŞte

Ao et Zero sont identiques sur ce point. On se sent Ă  l’aise et Ă  notre place quand on rĂ©alise des quĂŞtes annexes pour la population locale car c’est notre travail et notre lieu de vie. La discussion est naturelle, les gens nous connaissent et nous aussi (d’oĂą cette notoriĂ©tĂ© dans Trails of Cold Steel III de la SSS Ă  Crossbell). Je n’ai pas de certitudes ici, car sur le moment on peut facilement oublier le reste, mais j’ai l’impression que les quĂŞtes annexes et surtout les discussions sont plus intĂ©ressantes et recherchĂ©es que dans Zero. 

Enfin, cette pondĂ©ration amenĂ©e grâce Ă  Lloyd reste toujours autant apprĂ©ciable. On rappelle qu’il a cet esprit de dĂ©tective. C’est mesurĂ©, rĂ©flĂ©chi et pragmatique. Pas Ă©tonnant qu’il soit un des personnages les plus apprĂ©ciĂ©s avec Estelle.

En conclusion

Difficile de montrer à quel point le jeu est bon sans briser les barrières du spoil.

A la fois grâce Ă  une maĂ®trise excellente du rythme, un casting de bonne facture, une histoire qui nous tient en haleine jusqu’Ă  la fin avec Ă©normĂ©ment de surprises et une plume mesurĂ©e pour traiter de thèmes complexes, Ao no Kiseki devient un incontournable JRPG.

J’ai eu mon lot d’Ă©motions durant toute ma partie. Beaucoup de chaleur et de tendresse se dĂ©gagent de ce jeu. Les moments dramatiques et les histoires tristes ne sont pas en reste. L’intrigue connait une envolĂ©e exceptionnelle vers la fin du Chapitre 3, continuant sa route jusqu’Ă  la toute fin vers les hautes strates azurĂ©es. 

J’attends impatiemment l’annonce de la localisation en occident du jeu afin que plus de monde puisse dĂ©couvrir Ao no Kiseki.

Ceci clĂ´t cet article sur Ao no Kiseki en espĂ©rant que j’aurai donnĂ© envie de dĂ©couvrir le jeu. Les derniers articles consacrĂ©s Ă  Kiseki sortiront demain et un autre jour oĂą on parlera Gameplay et de l’Orbal Art. Sur ce, bonne journĂ©e et Ă  la prochaine.

Partager sur :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments