Test – Fire Emblem Three Houses : Ombres embrasées

Prévue initialement pour avril 2020, la dernière fournée de DLC était particulièrement attendue par les joueurs. Entre spéculation d’une quatrième route semblable à Fire Emblem Revelation et autres théories, cette extension ombres embrasées, sortie finalement le 13 février 2020, s’avance davantage comme une histoire annexe de faible durée complétant l’univers de Fire Emblem Three Houses.

Une histoire trop classique mais prenante

En l’année impériale 185 s’acheva la construction du monastère de Garreg Mach. Pour marquer l’événement, Sainte Seiros procéda à un rituel sacré dans un lieu paisible avec quatre saints. Les quatre Apôtres versèrent leur sang dans le calice des Origines dans l’espoir de faire revenir la déesse. Hélas le rituel échoua, les quatre apôtres s’exilèrent en conséquence et on n’entendit plus parler d’eux.

L’histoire additionnelle de ce DLC s’imbrique bien avec le jeu principal. Elle prend d’autant plus de saveur lorsqu’on a terminé la route de l’Eglise. Byleth et sa classe vont s’intéresser aux tunnels et passages sous-terrains de Garreg Mach. Ils vont ainsi découvrir l’Abysse, le foyer de ceux qui fuient la lumière du jour. Le scénario se veut relativement ordinaire et prévisible

Fire Emblem Ombres Embrasées apôtres

Les coïncidences sont nombreuses. Les révélations ou rebondissements sont pour la plupart peu originaux ni surprenants. Et pourtant, on rentre facilement dans cette histoire prenante bien rythmée grâce à de nombreux temps forts. Ce DLC enrichit encore cet univers. Les discussions entre les personnages sont bien écrites et donnent une certaine dynamique sans trop se perdre dans des lignes de dialogue superflues.

Les loups de cendre : une nouvelle force de combat au caractère bien trempé

Cette quatrième maison est composée de quatre nouveaux personnages là encore stéréotypés avec des traits trop forcés : Yuri, Constance, Balthus et Hapi. Cette extension franchit encore un cap notamment avec Constance qui pourra facilement énerver bon nombre des joueurs. Chaque personnage aura son propre développement bien intégrer à l’histoire additionnelle.

Jouer avec ces nouveaux personnages est fortement plaisant car chacun possède une nouvelle classe. Se déclinant comme des sortes de fusion d’autres classes, ces dernières offrent de nouvelles perspectives. Les statistiques ainsi que la mobilité sont différentes. L’ajout de nouveaux équipements et capacités est bienvenu. 

Fire Emblem Ombres Embrasées Wolves

La plus grande nouveauté reste le baladin Yuri qui peut rebouger après avoir agi grâce à son équipement et utiliser une capacité nommée « pirouette » pour changer de place avec un allié, capacité ayant tout de même une portée de 5 ! Tout ceci renouvelle l’expérience et la manière d’approcher certaines cartes, vous n’arriverez plus ainsi à vous passer d’une bonne partie de ces troupes.

Plus exigeant et plus intense que la version principale

Un des points forts les plus jubilatoires de ce DLC reste ces cartes et affrontements.

La difficulté est légèrement rehaussée. Ayant joué en mode difficile, les sensations étaient encore meilleures que le mode difficile de Fire Emblem Three Houses sans pour autant atteindre l’exigence requise en mode expert. Cela donne un bon milieu.

La sélection du casting, de leur classe et leur inventaire est mûrement réfléchie pour donner une expérience de jeu optimale proche des anciens Fire Emblem. Le temps d’un DLC, on oublie les équipements trop cheaté, les classes sortant du lot, pareil pour certaines capacités, escouades et techniques assez puissantes. Les combats sont toujours mieux dosés et moins « extravagants ». Le fait également d’imposer un casting et l’inventaire oblige le joueur à s’adapter. Il pourra toujours acheter des armes, changer de classe, choisir des techniques parmi d’autres mais ses choix resteront limités et il devra gérer ses revenus/dépenses.

Pour en venir aux batailles, elles sont vraiment bien construites, diversifiées et avec des particularités intéressantes. En avançant dans ce DLC, le joueur a l’impression de revenir aux origines de Fire Emblem avec un côté impitoyable et nécessitant une tactique aiguisée (image 2 ci-contre où je me retrouve totalement encerclé).

Un meilleur équilibrage : fini les cours, vive les vacances !

La flamme dans les yeux de certains qui avait perdu de son intensité ses dernières années pourra retrouver sa splendeur grâce à ce DLC. Tous les à-côtés comme les longues discussions de soutien, les quêtes annexes insipides, la forme cyclique et redondante du jeu, le recrutement indigeste des alliés, les longues phases d’allers-retours dans le monastère (…) sont supprimés.

Ce DLC est rafraîchissant à plus d’un titre. Il se décompose en grande partie par du combat, des phases de dialogues et des courtes séquences d’exploration dans les abysses (discussion, achat d’armes etc.).

La problématique du prix et du contenu du DLC

Au fur et à mesure de son avancée dans le DLC, le joueur débloquera du contenu pour l’histoire principale : en particulier la possibilité de visiter l’abysse, réaliser quelques quêtes annexes et surtout recruter ces quatre nouvelles têtes dans votre aventure principale sanglante.

Pourtant, malgré ce contenu séduisant, on ne peut que s’attrister du prix, un poil trop cher. L’histoire additionnelle se termine entre 8 et 11h selon le niveau du joueur et la difficulté choisie. En additionnant toutes les vagues de DLC et le contenu de ce dernier (dont lui seul est intéressant), le prix de 24,99 € peut sembler un peu salé.

En dernier point, rappelons que ce DLC possède les mêmes faiblesses techniques que le jeu principal. On déplore les animations des nouveaux personnages qui reprennent pour certains les assets d’autres et gâchent ainsi un peu cette touche de dépaysement, on pense notamment à la gestuelle de Yuri où la ressemblance avec Lorenz est évidente. La mise en scène et réalisation sur certains chapitres peut poser soucis notamment sur le Chapitre 6. On ne comprend pas aussi pourquoi uniquement trois emplacements de sauvegarde sont disponibles et qu’il n’y ait pas de mode expert…

A l’inverse, une dizaine de splendides illustrations et de nouvelles pistes musicales agrémentent ce DLC.

Fire Emblem Ombres Embrasées Abysse Constance

Conclusion : un retour aux origines bienvenu

PLUS

+ Batailles longues, tactiques et rudes

+ Histoire et contenu rythmés…

+ Les quatre jeunes loups cendrés

+ L’essence Fire Emblem : les batailles et l’histoire au cœur du DLC !

+ Contenu supplémentaire pour la campagne principale

MOINS

– DLC trop cher

– …si classique et prévisible

Note :
8/10
0
Ombres embrassées est une bonne extension. Bien que l’histoire soit trop classique, ce DLC est correctement rythmé et replace les batailles au cœur même de la licence Fire Emblem. Il fait abstraction des défauts de la campagne principale, propose un contenu rafraîchissant et diversifie l’expérience de jeu. Même si l’histoire ne m’a pas autant impliqué et touché que la campagne principale ou les précédents Fire Emblem, j’ai retrouvé grâce à ce contenu d’une dizaine d’heures, les sensations oubliées des premiers Fire Emblem. Ce DLC m’a ainsi beaucoup enthousiasmé. S’agissant de la décision de l’acheter ou non, c’est à vous seuls de décider. Le prix reste un peu trop élevé pour un tel contenu. En revanche, si le prix n’est pas un souci, je recommande sans hésitation ce DLC.
Moja
Administrateur
Partager sur :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments