Test – One Piece Pirate Warriors 4

Cinq années après la sortie de Pirate Warriors 3, le chapeau de paille et son équipage sont enfin de retour. A ce jour, c’est le plus long intervalle constaté entre deux franchises principales de la série, Pirate Warriors 1 et 2 étant respectivement sortis en 2012 et 2013. Dès lors, le public était en droit d’espérer un épisode bonifiant la série sur de nombreux points et apportant un vent nouveau sur l’aventure de Luffy.

Un menu économe et suffisant

One Piece Pirate Warriors 4 propose au joueur de suivre certains des grands arcs du manga One Piece parmi les nombreuses aventures du chapeau de paille. Le jeu se destine clairement au public de la série et aux personnes appréciant les Hack ‘n’ slash. 

Pour ce nouvel épisode, le jeu reste sobre dans ses menus et propose au joueur le mode « Aventure » afin de jouer aux grands arcs introduits dans ce jeu, le mode « Libre » pour rejouer les chapitres avec n’importe quel personnage et enfin le mode « Trésor » permettant de prendre part à divers combats classés de la difficulté East Blue (faible) au Nouveau monde (fort). Même si on pourrait reprocher au jeu de ne pas se renouveler sur les propositions, ces trois catégories restent suffisantes pour nous faire apprécier le jeu et on ne recherche pas vraiment autre chose. Les attentes et exigences de la communauté sont ailleurs notamment sur le mode aventure, le casting, le renouvellement du gameplay etc.

ONE PIECE: PIRATE WARRIORS 4 Menu

En général, après avoir terminé le Mode Aventure (ou en parallèle), le joueur se dirigera du côté du mode Trésor afin d’enchaîner plusieurs affrontements. Pour les cartes nouveau monde, la difficulté est plus élevée et apportera un peu plus de challenge sans pour autant être aussi intense que le mode Cauchemar dans One Piece Pirate Warriors 3

Excepté des pièces, quelques personnages et de l’argent, ce mode Trésor apporte peu de choses et ne sera comme à son habitude qu’un léger complément bienvenu pour les personnes souhaitant continuer l’expérience de jeu. L’aspect central du jeu reste le mode Aventure.

Une aventure perdant légèrement de sa splendeur

Il est évident que synthétiser approximativement 90 tomes de One Piece est totalement impossible. Le défi pour BandaiNamco et Omega Force est de taille pour sélectionner les épisodes qui seront traités et la manière de les développer. Faire des concessions sur le nombre et sur le fond ne peut pas être reprochable, même si les aventures de Luffy perdent forcément en acabit.

Un effort a été réalisé pour proposer un focus sur de grands moments de One Piece. Ce n’est pas au travers d’une seule bataille que la communauté vivra par exemple l’arc d’Alabasta mais au travers de plusieurs affrontements. Cette volonté est très appréciable.

Néanmoins après avoir joué au mode Aventure, on ne peut que constater avec amertume la fainéantise de ce quatrième opus sur certains points. Seuls six grands moments sont abordés dans ce jeu : l’arc Alabasta, l’arc Water Seven/Enies Lobbies, une partie Shabondy/MarineFord, l’arc Dressrosa, l’arc Whole Cake et enfin l’arc Wano Kuni, création originale du jeu. Comme bien souvent, le manga n’étant pas assez avancé mais souhaitant suivre la tendance, la série intègre l’arc actuel avec une aventure originale. Pour One Piece Pirate Warriors 3, la partie en question était celle de Dressrosa globalement originale.

ONE PIECE: PIRATE WARRIORS 4 Dressrosa

Le jeu fait l’impasse sur énormément d’arcs cardinaux du manga tout en brassant très large. On aurait souhaité un ou deux arcs de plus pour rallonger l’expérience de jeu qui dure entre une quinzaine et une vingtaine d’heures. La durée reste certes dans les normes des précédents opus, mais après une telle attente, cinq années tout de même, on était en droit de s’attendre à mieux.

Ces reproches auraient pu être compensés si au moins le jeu proposait une expérience relativement réfléchie et réussie de l’œuvre originale sur les quelques arcs abordés. Sur ce point c’est très mitigé. Certains arcs sont plus réussis et fidèles que d’autres. En une quinzaine d’heures on découvre un certain nombre d’aberrations. La narration est irrégulière, laconique et peu prenante par moment. On sait que le genre musou est difficilement applicable pour certains épisodes mais parfois on reste dubitatif sur les choix faits par les développeurs.

Une des déceptions fut le manque de richesse et de contextualisation. Lorsque les arcs sont traités, énormément de personnages secondaires n’apparaissent même pas à l’écran et le jeu utilise des subterfuges pour modifier des points de l’histoire.

Par exemple, Dressrosa fut une réelle déception. En jouant au jeu, on a l’impression que les développeurs ont tout fait pour limiter au maximum le nombre de personnages à modéliser et créer. C’est fade et paresseux, même les figurants sont les mêmes. L’univers perd de sa superbe. One Piece Pirate Warriors 3 semblait plus généreux sur cet aspect. Une solution pour le prochain opus, qui serait certes déplaisante pour les fans, serait de traiter exclusivement les arcs post ellipse afin de se concentrer dessus et de proposer une aventure plus immersive, détaillée et captivante.

L’aventure principale est également trop centrée sur Luffy, c’est souvent le personnage qu’on jouera soit car le reste ne nous intéresse pas, soit car il est imposé ou bien car c’est le personnage le plus développé et puissant de notre roster. Quand on comprend qu’on peut jouer Nami et compagnie seulement après l’ellipse, forcément on ne peut qu’être déçu par ce manque de considération pour les 2/3 de l’équipage du Chapeau de Paille.

Des combats au « Gear 4 », l’aura de One Piece

Après autant d’années passées et quelques très bons musou, on pouvait s’attendre à un léger renouveau des combats de ce quatrième titre. 

Le gameplay est déjà plus nerveux et fluide que sur Pirate Warriors 3 aussi bien sur les déplacements, les esquives que les attaques. Oubliées les jauges d’équipe Kizuna ou autres techniques d’équipes, les combats sont maintenant individuels et il ne faudra plus compter sur les supports de votre équipage. Cet opus rénove le système de bouclier sur les ennemis uniques obligeant le joueur à tempérer un peu ses attaques et mieux les doser. Rien d’extraordinaire cependant. Le jeu introduit également pour la première fois des combos aériens. Il était temps et c’est un ajout bienvenu.

Les nombreuses attaques spéciales de chaque personnage sont toujours présentes et donnent toute cette splendeur aux Pirates Warriors. Sur cet aspect, c’est toujours un délice avec cette fois-ci plus de possibilités. Le joueur peut utiliser des « explosions », sorte de transe du personnage ou bien des transformations.

ONE PIECE PIRATE WARRIORS 4 Gear 4

One Piece Pirate Warriors 4 est le premier musou qui introduit les Gear 4 de Luffy. A l’image du capitaine, certains personnages sont très jouissifs à contrôler accentuant de fait le déséquilibre du casting. Son nombre est important avec plus d’une quarantaine de personnages jouables et plusieurs qui arriveront en DLC comme Charlotte.

Le joueur a le choix entre les types rapides, puissants, techniques et aériens. Certains sont à privilégier comparé à d’autres. Le type aérien est une bonne chose avec toutefois quelques soucis. Le personnage contrôlé peut facilement se retrouver trop loin du sol (voire même à 20 mètres au-dessus sans raison) et frapper dans le vide. Il faudrait à l’avenir le rapprocher un tout petit peu plus au sol.

En plus des techniques propres et des compétences qu’on peut leur assimiler, chaque personnage possède un arbre d’évolution pour gagner en puissance, défense, énergie et vitalité. Le système d’évolution est vraiment bien pensé et dosé. Ainsi, le joueur peut personnaliser son propre personnage de manière plus poussée qu’auparavant.

Des affrontements manquant de caractère propre

Le grand souci dans ce jeu est le manque de signature dans le déroulé des batailles. C’est affreusement répétitif dans le sens où le joueur ne doit que combattre bêtement des ennemis. Il y a une stagnation voire régression sur les objectifs à faire durant les batailles et sur les rebondissements. Excepté appuyer sur un ou deux mécanismes, casser quelques tours, le jeu en termes d’originalité et d’actions contextuelles est rachitique. Dans ce sens, One Piece Pirate Warriors 4 reste beaucoup trop générique.

La perte du mode Légende et de la Chasse au trésor n’arrange pas les choses. Dans One Piece Pirate Warriors 3, ces derniers imposaient au joueur d’accomplir un certain nombre d’objectifs secondaires durant chaque mission afin de remporter des récompenses uniques ou débloquer des courtes scénettes. Cela apportait du défi et une expérience plus variée (puis plus longue). Rien de tout cela ici, l’agréable et gratifiante carotte a disparu. Si le joueur veut faire les objectifs secondaires durant l’histoire, libre à lui. Le résultat final ne dépendra que de son temps et du nombre d’ennemis vaincus. Là encore c’est regrettable et incite seulement le joueur à vaincre des ennemis bêtement et tracer sa route. Il manque cruellement une partie « extra ».

La difficulté du mode aventure est très accessible. Même en mode difficile, le joueur obtient soit des rangs S soit A. C’est seulement vers la fin du jeu avec quelques batailles de Whole Cake et Wano Kuni, que le jeu sera un peu plus complexe mais rien de trop punitif et complexe. Cela pimente le jeu et reste très agréable.

Gum Gum no visuel

Pirate Warriors 4 transmet une véritable sensation d’être face à des hordes d’ennemis et non pas 3, 4 personnages se battant sur l’écran comme l’opus trois. Bien qu’imparfaite, la destruction des éléments du décor est une bonne idée qui mérite d’être encore plus approfondie. Le travail réalisé est évident. 

Néanmoins cet opus en devient moins lisible avec le nombre d’ennemis et les tonnes d’effets spéciaux sur l’écran. La mini map est trop remplie et parfois peu lisible. Cet épisode a également de gros soucis sur la caméra. Le verrouillage des ennemis n’est pas sans reste avec plusieurs problèmes. Au final, on ne s’est même plus où est l’ennemi unique qu’on visait et on se retrouve à attaquer à l’opposé.

Il y a une légère amélioration du rendu visuel en cinq ans mais bien trop maigre. C’est toujours en net retrait et aucun effort n’est réalisé sur les décors et textures surtout pour un jeu de 2020. Les personnages « en caoutchouc  » ne rendent pas non plus honneur au chara-design de Oda sur les gros plans et cinématiques. Les mises en scène sont toujours aussi à la traîne. Les temps de chargement sont affreusement longs.

Rappelons rapidement pour terminer la possibilité de jouer au titre en multijoueur pour diversifier l’expérience. 

ONE PIECE: PIRATE WARRIORS 4 Whole Cake

Conclusion : Le futur Roi des pirates a encore du chemin à faire

PLUS

+ Une volonté de focus réalisé sur les 6 grandes parties du mode aventure

+ Le casting incroyable

+ L’amélioration du gameplay (fluidité, transformation, 4 types etc.)

+ Plus vivant et impressionnant à l’écran que dans Pirate Warriors 3

+ Le nombre de combo et techniques propres à chaque personnage       

+ L’arbre de compétences simple, intuitif et complet

+ La personnalisation à la carte

+ Le multijoueur online

MOINS

– Narration inégale et parfois laconique

– Le manque d’extra aux batailles

– Un musou des plus génériques

– Une trop grande verticalité inutile dans le gameplay

– Illisible par moments

– La mini map, la caméra et le verrouillage des ennemis

– Techniquement décevant (mise en scène, esthétique de personnages, décors etc.)

– Les temps de chargement

Note :
7/10
0
Incarner ses personnages favoris de One Piece avec un nombre incroyable de combos et techniques reste à chaque opus un plaisir non dissimulé. Les combats sont toujours aussi divertissants. Malgré tout, l’apport de ce nouveau titre semble bien maigre comparé au précédent au vu de l’attente. Le genre musou ici devient toujours plus générique avec en plus une aventure linéaire sans extra. A l’inverse, certains problèmes inattendus apparaissent avec One Piece Pirate Warriors 4 comme la caméra, le verrouillage, les temps de chargement et le manque de lisibilité. Ce quatrième épisode dissémine quelques pistes intéressantes notamment sur sa vision de traiter l’aventure ou bien avec un léger renouvellement du gameplay et du nombre d’ennemis apparaissant à l’écran. Au fil des années, la licence semble de plus en plus dépassée par son temps n’arrivant plus à se hisser aussi haut que certains titres comme A.O.T, Dragon Quest Heroes ou bien récemment Persona 5 Scramble. L’aventure de Mugiwara no Luffy est loin d’être terminée, espérons donc que le prochain titre saura être un peu plus convaincant et ambitieux.
Moja
Administrateur

Ce test a été réalisé à partir d’une version PS4

Partager sur :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments