Test – Pikmin 3 Deluxe

Sous sa délicate verdure commençant à se faire de plus en plus touffue au fil des années, la licence Pikmin commence à accuser un manque d’intérêt et de clairvoyance à l’égard de son développeur et éditeur Nintendo. Sortis réciproquement en 2001, 2004 puis 2013, Pikmin 1, 2 et 3 avait réussi à conquérir une petite partie de la communauté grâce à son aura fantastique bucolique et unique. Né de l’imagination de Shigeru Miyamoto, le jeu avait pour objectif d’exploiter toute la subtilité de la manette de GameCube. Exigeant et rigoureux, ce jeu de niche se destinait avant tous aux gamers avides d’une nouvelle expérience vidéoludique. Considéré comme une des grosses licences de Nintendo, Pikmin n’a pour autant pas connu un succès à la hauteur de son mérite, en particulier sur Wii U. Depuis lettre morte, rien n’était sorti. En 7 ans, seules des rumeurs et messes basses se sont laissées porter jusqu’à nos oreilles sans aucune certitude dans le propos. En plus du manque de curiosité des joueurs pour cette licence, les fans avaient cette fâcheuse impression de voir un désintérêt de Nintendo sur cette licence et une communication aux fraises dessus.  

Si une version compilant les trois premiers épisodes commençait à bourgeonner dans les esprits, Nintendo est venu couper court bien tardivement à cela en annonçant finalement le retour de Pikmin 3 dans un simple portage de la version Wii U, accompagné de quelques nouvelles features et d’un contenu complémentaire. Entre joie de voir arriver un jeu n’ayant pas trouvé son public à cause de l’échec cuisant de la Wii U, perplexité de ce nouveau contenu bien maigre et déception de n’avoir toujours aucune nouvelle de Pikmin 4, Pikmin 3 Deluxe est arrivé sur cette scène de niche brassée par des humeurs hétéroclites.

Un STR spontané et accessible sans semblable

Parmi la case des STR (Jeu de stratégie en temps réel), Pikmin occupe une place privilégiée unique et bienaimée des joueurs. La série de jeux propose de plonger le joueur dans une aventure à l’échelle macroscopique sur une Terre alternative/future où la nature a repris son droit. Que cela soit pour retourner chez soi après un crash malencontreux, trouver des trésors afin de sauver une entreprise en faillite ou bien sauver sa population d’une grave crise alimentaire, la série des Pikmin a toujours réussi à proposer une histoire simple d’accès, directement prenante et correctement rythmée. Si Pikmin 2 avait réussi à alourdir son introduction à cause du vaisseau spatial ouvrant toutes les dix secondes sa bouche, un rythme légèrement trop saccadé et robotisé puis enfin des tutoriels amenés de manière trop brute, Pikmin 3 avait réussi à corriger le tir. Le tout se voulait plus naturel et digeste.  

La nourriture commence à manquer sur la planète Koppai, et les explorateurs Alph, Brittany et Charly sont envoyés sur la mystérieuse planète PNF-404 pour y récolter des graines et des fruits. Cependant, un malheureux coup de théâtre pousse nos héros à faire un atterrissage d’urgence qui réduit leur vaisseau en pièces ! Nos courageux aventuriers doivent maintenant unir leurs forces pour accomplir leur mission et réparer leur vaisseau. Grâce à l’aide de minuscules créatures végétales appelées Pikmin, Alph, Brittany et Charlie partent à la découverte de ces nouvelles terres inconnues…

Après quelques minutes de session, le joueur possède la plupart des clés en main pour vaquer librement à son exploration de la Terre afin de retrouver la clé supraluminique nécessaire à leur vaisseau et trouver toutes sortes de fruits. L’exploration peut débuter.

Un milieu hostile à tomber sur Terre

Une faune et flore abordée avec un point de vue de petits êtres, cela nous rappelle étrangement diverses œuvres telles que Arthur et les Minimoys ou bien The Legend of Zelda : Minish Cap qui grâce à ce thème attrayant et bien employé, avait captivé d’entrée un jeune public tout en convaincant une partie de la population plus mature.

Redorant une fois de plus ce thème, Pikmin 3 exploite son essence même naturelle pour délivrer une esquisse des plus ensorcelantes. Placez le jeu dans les mains d’un gamer ouvert d’esprit, il sera convaincu par son level design, son gameplay et son originalité. A l’inverse, mettez un enfant devant un écran retranscrivant une session de jeu de Pikmin, il sera émerveillé et intéressé par son aspect mignon, coloré et amusant à regarder.

Pikmin 3 All Pikmin

Malgré des textures qui accusent un peu le coup passés 7 ans sans réelles améliorations, le jeu possède toujours cette direction artistique si chatoyante et son aura des plus envoutantes. Les animations des Pikmin sont toujours aussi mignonnes et l’attachement se fait dès les premières secondes de jeu.

Au travers de quatre terrains de jeu représentant chacun une des saisons (Hiver, Printemps, Eté et Automne), Pikmin 3 reste classique mais au combien émerveillant. Le joueur aime découvrir chacun de ces écosystèmes. La flore reste relativement proche de celle qu’on connait avec quelques divergences, en revanche la faune nous est inconnue. Reprenant certains des ennemis récurrents de la licence, Pikmin 3 renouvelle son bestiaire et l’adapte avec les nouveaux Pikmin intrinsèques au jeu.

Solide et léger comme l’air

Nous ne parlons pas ici du jeu -quoi que- mais bien des nouvelles espèces de Pikmin.

Pour rappel, Pikmin 1 avait introduit les Pikmin rouges insensibles au feu, les Pikmin bleus pouvant évoluer dans les milieux aquatiques, les Pikmin jaunes sautant haut et portant des bombes (chose enlevée dans Pikmin 2, remplacée par l’insensibilité au courant électrique). Pikmin 2 avait quant à lui rajouter à cela les Pikmin violets, lourds et moins rapides, mais très puissants et costaux ainsi que les Pikmin Blancs, toxiques, rapides et pouvant déterrer toutes sortes d’objets enfouis.

Pikmin 3 délaisse les Pikmin Violets et Blancs et introduit les Pikmin Rocs, solides et pouvant briser le verre, ainsi que les Pikmin Ailés. Comparé à Pikmin 2, l’équilibrage des forces entre espèces est mieux pensé. Grâce au Pikmin ailés et roc, les combats gagnent en technicité et tactique. Le jeu injecte plus de verticalité et évite des Pikmins pouvant fausser les combats. Les joueurs ayant joués aux précédents opus se souviennent tous du Pikmin Violet au combien écrasant et le Pikmin blanc kamikaze, détruisant la technicité de la plupart des combats. Sur ce point, Pikmin 3 est nettement plus convaincant.  

L’oignon fait la force

En une dizaine d’années, le jeu a toujours conservé son esprit et sa superbe. L’explorateur est accompagné d’une troupe de Pikmin, au maximum 100, qu’il doit utiliser à bon escient.  Pour augmenter ses rangs, les Pikmin doivent ramener dans leurs oignons des palets ou bien les créatures vaincues servant de ressources pour se reproduire. Ce cycle naturel fonctionne toujours étonnamment bien entre les créatures hostiles dévorant et tuant impitoyablement nos Pikmin et ces mêmes créatures végétalisées transformant leurs ennemis en ressources pour se reproduire.

Dans Pikmin, il convient d’être rigoureux et méthodique. Chaque problème a pour solution un Pikmin. Avec de nouvelles forces en présence, le joueur doit employer à bon escient chacune des espèces pour avancer dans son aventure, comme construire un pont, affronter intelligemment chaque bête rencontrée, soulever des objets etc. Le jeu est très accessible mais peut être dur dans son propos si le joueur envoie ses troupes sans réfléchir. Le timing est important : entre lancer un Pikmin sous un ennemi pour qu’il meure écrasé ou bien le lancer sur lui, il y a une nette différence. Il faut rajouter à cela la possibilité de lancer tous nos Pikmin sur un même ennemi, employer du spray ou bien faire un mouvement sur le côté pour esquiver etc.

Un des grands absents dans cette troisième aventure est la trompette qui permettait de guider nos Pikmin autour de nous. On peut se retrouver bêtement en difficulté avec des boss car nos Pikmin foncent dans un obstacle/mur nous séparant d’eux. Or n’étant pas assez avisés, ils ne comprennent pas qu’il faut le contourner, chose que la trompette de Pikmin 1 et 2 permettait de faire aisément.

On notera tout de même un gameplay affiné sur la visée plus agréable à manier dans cette version Deluxe.

La coopération au cœur du level-design et de la version Deluxe

Afin de mener à bien cette aventure ou tout simplement d’optimiser les tâches inhérentes, le joueur solitaire doit switcher couramment de personnages. Sans même évoquer la possibilité de choisir un personnage en plus que dans Pikmin 2 (uniquement deux personnages, Louis et Olimar ou bien Olimar et le Président), Pikmin 3 développe davantage, pour notre plus grand plaisir, cet aspect technique de travail collaboratif. Le joueur a en plus maintenant la possibilité de diriger un des personnages à un endroit donné via la carte, là encore un ajout des plus essentiels comparé au second opus.

Après que les joueurs Wii U ont bataillé pour l’avoir, cette version Deluxe rajoute enfin la possibilité de jouer à l’aventure principale à deux en local. Cet élément si logique et intuitif, n’était pourtant pas présent dans Pikmin 3, allez savoir pourquoi… Entre jouer avec sa famille ou bien avec sa compagne/compagnon, Pikmin 3 Deluxe est ce petit ilot de liberté & fraicheur qui prend plus de portée à plusieurs.

Attention tout de même aux prises de têtes faciles lorsque notre collègue de jeu aura pris les Pikmin nécessaires à notre avancée ou à un combat et inversement. Sans gestion commune, le jeu peut partir aisément et rapidement dans l’anarchie totale et la perte drastique de Pikmin. Le mode coopération locale se décline en un partage de l’écran. Même si l’esprit de Pikmin pousse à ce que chaque joueur ne soit pas limité par un unique écran, le jeu perd en charme avec cet écran scindé. On apprécierait pour les prochains épisodes, la possibilité de jouer sur deux consoles avec une seule cartouche, de jouer sur deux écrans avec une seule console, ou bien de pouvoir jouer en ligne. Ce sont des pistes à explorer qui à mon sens donneront une saveur encore plus sucrée à cette expérience.

Un prix de luxe pour un contenu trop standard

Depuis maintenant presque 3 ans, Nintendo emploie à tort et à travers ce terme opaque de « Deluxe ». Le prix est à chaque fois « de luxe » tandis que le contenu supplémentaire et les améliorations varient selon chaque jeu.

Tout d’abord, Pikmin 3 Deluxe intègre pour son aventure principale, divers modes de difficulté allant de Facile à Super Piquant. Or ce mode extrême ne se débloque qu’après avoir terminé le mode difficile qui n’est pas si difficile que cela. En effet, on remarque d’un point de vue global une baisse de difficulté contre les ennemis, plus faciles à vaincre. Excepté le dernier boss qui est toujours aussi épouvantable et dur, le reste s’assimile presque à une promenade de santé dans notre jardin. Pikmin 3 tente en partie de justifier dans sa communication sa version Deluxe grâce à l’ajout d’un système de badges, sorte de succès à débloquer et aussi une Piklopédie bien conçue qui liste toutes les créatures. Et sinon ?…

Pour un joueur connaissant bien la licence, il faudra compter entre 7 et 9 heures pour terminer à 100% l’aventure principale et à l’inverse presque le double pour un nouvel initié ou une personne privilégiant une exploration tranquille. Sur ce point, la durée de vie du jeu est nettement en deçà de Pikmin 2 tournant plus autour des 15-20h. A côté du scénario principal, le jeu intègre divers niveaux et défis supplémentaires pour les personnes souhaitant prolonger l’expérience d’une autre manière, modes déjà présents dans la version initiale. Ils permettent ainsi de rejouer avec les Pikmin Violets et Blancs.

La grande nouveauté de cette version Deluxe, en plus de la coopération en local, est l’ajout d’histoires annexes : l’Epopée d’Olimar et Le Retour d’Olimar. La première se déroule en parallèle du scénario principal de Pikmin et la seconde constitue en quelque sorte un Post-Game. Si cet ajout avait de quoi a priori ravir la communauté, il ne fait qu’à la fin la décevoir davantage. Ces modes ne s’apparentent pas vraiment à une histoire mais davantage à une succession de courts défis saupoudrés d’une mini narration. Il convient soit de ramasser toutes les pièces, fruits, battre des ennemis ou bien ramener une pièce du vaisseau à bon port toujours en un temps limité. Pour terminer la quinzaine de défis, le joueur prendra approximativement trois heures. D’un côté, il y a de bonnes idées avec une stratégie inhérente à chaque niveau, certains environnements revisités comme l’assèchement d’un cours d’eau (…) de l’autre des éléments dérangeants. Tout d’abord l’absence de plusieurs modes de difficulté comme l’aventure principale. Ensuite un contenu annexe plus proche de défis que d’une « nouvelle » histoire. Aucun nouvel ennemi ni mécanique de gameplay ou de level design, tout est plus rudimentaire que l’histoire principale. Cela rajoute certes du contenu supplémentaire mais pour un joueur recherchant un renouveau et n’aiment pas spécialement les défis, cet ajout deluxe emballera très peu.

En dernier mot, on relèvera le manque de possibilités sur la jouabilité. Elle reste satisfaisante malgré l’absence notable d’un pointeur pour raviver la flamme du couple Wiimote-Nunchuck. L’absence de tactile fait également peine à voir pour un jeu s’y prêtant totalement. Si Pikmin 1, 2, 3 ainsi que les nouvelles versions sorties sur Wii tentaient du mieux qu’elles pouvaient de tirer le meilleur de chaque support et manettes, Pikmin 3 Deluxe est probablement le moins convaincant de tous en la matière, reflétant sans aucun doute un manque de bonne volonté et de travail supplémentaire sur ce portage.

Conclusion
Promenade vitaminée et bucolique sur une Terre déjà bien foulée

PLUS

+ Enchanteur et si mignon

+ Une aventure accessible et intuitive correctement narrée

+ Des environnements dont on ne se lasse pas

+ Tactique, technique et original

+ Coopération à deux joueurs en local

+ Les « histoires » annexes

+ Les ajouts de cette version Deluxe notamment modes de difficulté

MOINS

– Ne remplaçant pas Pikmin 4

– Bien trop courte

– …qui auraient mérités un petit coup de jeune après 7 ans

– …Absence de la trompette dans le Gameplay

– …Absence mode Multi en ligne

– …S’apparentant davantage à des défis anecdotiques

– … bien trop légers et rares

– Jouabilité ne tirant pas profit du plein potentiel de la switch et de ses manettes

Note :
7.5/10
0

Telle une muse rappelant les plus belles années de Nintendo, notamment créatives, la licence Pikmin est d’un enchantement époustouflant. Eblouissant par son level-design et gameplay intuitif mais recherché, une direction artistique et aura uniques, Pikmin 3 reste toujours un incontournable dans le lore Nintendo. Si l’épisode sur Wii U suscite un large consensus, Pikmin 3 Deluxe quant à lui est plus décevant par son manque de nouveautés et des environnements qui accusent un peu le coup des 7 ans passés. A l’image de nombre de portages de ces dernières années, Nintendo semble simplement faire le minimum pour proposer son jeu à prix coutant. Heureusement que le matériel de base reste toujours aussi excellent, adoucissant en grande partie cette amertume de voir un portage trop rudimentaire et un manque de nouvelles sur le tant attendu Pikmin 4.

Partager sur :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments